Retour accueil

Vous êtes actuellement : SYNDICAT  / Les instances paritaires  / CDEN 


fontsizedown
fontsizeup

CDEN spécial Rythmes scolaires

mardi 28 mai 2013

Le CDEN (comité départemental de l’éducation nationale) s’est réuni mardi 21 mai afin de statuer, entre autre, sur les écoles du département entrant dans la réforme des rythmes dès la rentrée prochaine.

Après lecture de la déclaration liminaire de la FSU, le secrétaire général de la direction académique a présenté la liste des 41 écoles dont les rythmes et les horaires seront modifiés dès septembre prochain.

Les représentants FSU des personnels ont demandé plusieurs éclaircissements :
- la liste des écoles dont le projet étaient différents de celui de la commune. Selon la direction académique, un consensus avait été trouvé pour l’ensemble des écoles concernées. Il restait encore un groupe scolaire dont les horaires se discutaient encore entre équipes enseignantes et mairie ;
- les raisons qui ont incité les maires à opter pour le samedi matin. En effet, trois communes du département ont choisi cette possibilité, dérogatoire conformément au décret. Le maire de l’une d’entre elles était présent à ce CDEN et a pu à notre demande exposer ses arguments :
les enseignants étaient d’accord, la majorité des parents d’élèves également, l’association de parents d’élèves y était très favorable car très active auparavant la samedi. Un autre point positif à ce schéma est la possibilité pour les parents séparés de pouvoir être en relation avec l’école le samedi matin. L’argument de l’équipe enseignante allait dans le sens d’une matinée plus posée, parce que les familles avaient plus de temps, moment qui était selon eux privilégié pour travailler différemment avec les élèves plutôt disponibles.
Le débat a longuement tourné autour de ces trois communes.
D’une part parce que le Conseil général a indiqué qu’il n’avait pas fait le choix de mettre en place des transports d’élèves le samedi matin, cela coûtait cher mais également remettait en question l’organisation des plannings des chauffeurs dont la convention collective ne permettait pas de rouler dès le lundi matin pour un personnel qui aurait travaillé le samedi.
Évidemment, l’intérêt des élèves et la lutte contre la difficulté scolaire n’est à ce stade plus à l’ordre du jour. Ce que nous avons dénoncé, ainsi que la FCPE qui a fait remarquer que les communes aussi avaient des répercussions financières importantes et que l’effort financier était un préalable à la réussite de tous les élèves.
Autre point d’achoppement : le samedi matin est selon le document "à titre dérogatoire, exceptionnel et expérimental pour l’année scolaire 2013/2014". Une question s’est posée : qui va prendre la décision de poursuivre ou pas l’"expérience" ? Sur quels critères ? Dans quel cadre : comité de suivi des rythmes (pour lequel aucun calendrier n’est à ce jour défini ) ou décision en interne et donc sans transparence ?
Le maire concerné a interpellé à son tour la direction académique ainsi que la préfecture : selon lui, on ne peut se satisfaire de ce pré-supposé car il a engagé sa commune dans le sens du samedi matin et compte bien prolonger "l’expérience" au delà de l’année 2013/2014.
Autre question posée par les représentants de la FSU : y aura-t-il également une analyse des effets de cette modification des rythmes, et notamment du travail le mercredi matin, pour les élèves ?
N’ayant pas eu de réponses suffisamment explicites à toutes nos questions et n’ayant pu obtenir les propositions des conseils d’école pour le changement d’horaires, nous nous sommes abstenus lors du vote sur ce sujet.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 261


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan