Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Evaluations 


fontsizedown
fontsizeup

LSUN : un outil pas encore fonctionnel

jeudi 10 novembre 2016

Le Livret Scolaire Unique Numérique ou LSUN est mis en place cette année scolaire 2016-2017.

L’application est annoncée de longue date et les nombreuses inquiétudes exprimées par le SNUipp-FSU dès le CSE du 15 octobre 2015, notamment concernant la confidentialité des données, l’intérêt pédagogique et la charge de travail accrue pour les enseignants, n’ont pas été levées.

En conséquence, le SNUipp-FSU s’est adressé à la ministre pour demander un moratoire et la publication du bilan de la phase test opérée par le ministère au printemps dernier.

Lire le courrier envoyé à la ministre

Lire la réponse du Ministère

LE SNUipp-FSU sera reçu début janvier 2017 par le ministère sur la question du livret scolaire unique numérique (LSUN). Conformément aux engagements pris lors de son dernier Conseil National, il continuera de porter sa demande de moratoire pour cet outil engagé à marche forcée, sans accompagnement ni garanties sur sa confidentialité.

De plus de nombreux dysfonctionnements sont constatés par les collègues. En voici un aperçu :

- problèmes dans les situations de partage de classe, liés au fait qu’un seul enseignant est inscrit par classe avec un accès au LSUN par son numen
- problèmes liés aux remplacements des titulaires de la classe possibilité de modifier les livrets d’autres classes dans l’école
- dysfonctionnement de la plateforme ayant conduit à des pertes de données saisies (passage de la version 16.3 à la version 16.4)
- gel de la plateforme dans au moins un département pour des problèmes de sécurisation des données
- problèmes posés par le fait que les éditeurs privés d’application sont en discussion avec le ministère pour avoir accès à la base de données du LSUN
- saisie d’un certain nombre de données sensibles, en particulier les signalements RASED
- traitement des élèves d’ULIS, qui sont rattaché-es à leur classe d’inscription
- absence d’accès au LSUN pour les élèves inscrits en établissements sociaux et médico-sociaux (ITEP, IME...)
- surcharge de travail, liée à des situations de double-saisie, ou de saisie différée des livrets du premier trimestre ou des premières périodes


Dans la Drôme, certaines circonscriptions ont déjà mis en place des micro-formations à destination des directeurs et directrices d’école. Charge à eux ensuite de prendre le temps de former et surtout de convaincre leurs collègues. La tâche ne va pas être simple si tant est qu’elle soit souhaitable.

Dans d’autres circonscriptions, la pseudo-formation se fait attendre. Or, le premier trimestre va bientôt se terminer et on voit mal comment les équipes vont trouver le temps de se saisir d’un nouvel outil en cours d’année scolaire.

Par ailleurs, le LSUN, de l’aveu même de certains IEN, est un outil à parfaire, loin d’être fonctionnel et pertinent pour rendre l’évaluation au service des apprentissages. Et pour cause, il n’est pas encore possible d’indiquer pour chaque compétence évaluée le niveau d’acquisition de l’élève. Un comble n’est-il pas ?

La volonté de valoriser les progrès des élèves paraît incompatible avec une évaluation globale par sous domaine. Cette limite est rédhibitoire pour tous les enseignants qui évaluent par compétences et souhaitent voir apparaître le détail des réussites de leurs élèves sur les bilans.

Certains diront qu’il est possible de mettre des commentaires spécifiques pour chaque élève et dans chaque sous-domaine. Cette solution n’est pas viable, elle prendra forcément beaucoup trop de temps, à moins de faire des copier-coller et perdre alors le sens de la démarche.

Par ailleurs, on peut s’interroger sur la pertinence de la terminologie utilisée. Le terme "atteints" renvoie aux objectifs et a donc moins de sens que le terme "acquis" qui renvoie aux connaissances et compétences des élèves.

Aussi, la logique qui consiste à mettre des croix en face des "composantes du socle" doit fortement nous questionner. Que mettre en face d’items aussi larges et flous que : "Les systèmes naturels et les systèmes techniques" ou encore "les représentations du monde et l’activité humaine" ?

De plus, à ce jour, aucune information ne nous est parvenue concernant les modalités de consultation des bilans en ligne par les parents d’élèves. D’aucuns vous diront d’imprimer le bilan au format papier pour le transmettre aux familles, mais alors, à quoi bon utiliser une application informatique en ligne.

Enfin, se pose la question de la réutilisation des maquettes élaborées. En d’autres termes, les enseignants devront-ils chaque année, reconstituer entièrement leurs bilans ou pourront-ils s’en resservir avec leur nouvelle classe ? Pour l’heure, nous n’avons aucune information.


Ainsi, le SNUipp-FSU de la Drôme va s’adresser à la DASEN et à l’ensemble des IEN afin de leur demander de faire preuve d’indulgence et donc de ne pas exercer de pression sur les enseignants qui souhaiteraient poursuivre avec leurs anciens protocoles lors de cette année scolaire 2016-2017.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 414


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan