Retour accueil

Vous êtes actuellement : SYNDICAT  / Les instances paritaires  / CDEN 


fontsizedown
fontsizeup

CDEN rythmes scolaires du 05 07 2017

jeudi 6 juillet 2017

Suite au décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques, publié au JORF n°0150 du 28 juin 2017, le Comité Départemental de l’Education National (CDEN) s’est tenu ce mercredi 5 juillet 2017 afin de donner un avis sur les demandes de modifications des horaires scolaires.

Toutes les propositions soumises au vote devaient respecter certains points : une semaine de 24h, des journées de 6h maximum, pas de pause méridienne inférieure à 1h30, pas plus de 3h30 par demi-journée, pas de modification du nombre de semaines travaillées. Pour pouvoir présenter le projet au CDEN, il devait y avoir une demande conjointe de la mairie et d’au moins un conseil d’école de la commune. De plus, pour les écoles nécessitant un transport, l’avis du département, notamment par rapport au coût engendré, est prioritaire.

107 communes sur 227 avec écoles (367 au total) ont formulé une demande. 157 écoles sur 413 ont été étudiées lors de ce CDEN, soit plus d’un tiers des écoles du département. On est loin de l’aspect dérogatoire de ce décret et des propos de M. Blanquer : "On ne reviendra pas à la semaine de 4 jours pour l’ensemble de la France... Mais dans les endroits où il y a l’insatisfaction des parents, où les enfants sont fatigués la semaine de 4 jours sera mise en place. »

Toutes les demandes, où les conseils d’école ont voté majoritairement pour le retour à la semaine de 4 jours, ont été adoptées. Pour les communes où il y avait deux écoles avec avis différents (donc pas de majorité), pas de retour à 4 jours, les écoles sont priées de poursuivre leur réflexion sur les changements d’horaires. Au final, 46 communes (soit 77 écoles) ont obtenu un avis favorable sans condition ; 27 communes (soit 32 écoles) sont soumises à la décision du Conseil Départemental pour la mise en oeuvre des transports. Au total, ce serait 73 communes sur 227 qui passeraient à la semaine des 4 jours à la rentrée soit 109 écoles sur 413.

Ce qu’en dit la FSU et son syndicat du 1er degré, le SNUipp-FSU

Les représentants de la FSU ont fait lecture de leur déclaration liminaire. Ils y ont dénoncé l’imposition d’un calendrier précipité qui met les personnels (enseignants et administratifs) et les usagers du service public en difficulté.

Ils ont dénoncé par ailleurs l’impossibilité pour les membres de porter un avis éclairé sur les demandes formulées, n’ayant eu aucun document préparatoire en amont du comité, compte tenu évidemment des délais trop courts. Impossible, sur la base d’un document donné en séance, de statuer légitimement sur une centaine de demandes.

Les représentants de la FSU n’ont pas manqué de souligner les limites de l’autonomie, indiquant que ce décret renforçait les dérives déjà existantes. Ainsi, allons nous avoir trois types d’organisations scolaires : décret Peillon, décret Hamon et maintenant décret Macron. Quel progrès !

Les représentants FSU ont aussi déploré le temps inutilement perdu par les services de la DSDEN pour gérer dans l’urgence cette question des rythmes alors que les fins d’années sont déjà très occupées par d’autres chantiers (CAPD, CTSD, CHSCTD, Examens, ...).

Ils ont enfin dénoncé le fait qu’une nouvelle fois, ce sont les contraintes liées aux budgets des collectivités locales et à l’organisation du transport scolaire qui conditionnent les choix des horaires.

Dans ce cadre, les représentants FSU 26 se sont abstenus pour l’essentiel des votes, refusant de participer à cette « comédie » et ne souhaitant pas aller contre l’avis majoritaire des personnels enseignants de la Drôme qui se sont exprimés au travers de leur enquête sur l’organisation de la semaine scolaire.

Voir en ligne : Les écoles concernées par des modifications d’horaires à la rentrée

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 664


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan