Retour accueil

Vous êtes actuellement : SYNDICAT  / Les instances paritaires 


fontsizedown
fontsizeup

Réunion de la CAELVE du 02/02/2018

(Commission Académique de l’Enseignement des Langues Vivantes Etrangères)

mardi 6 février 2018

3 ans après la dissolution d’un grand nombre de classes bilangues dans l’académie de Grenoble, la « politique des langues » a changé : comme c’est original !

M. Blanquer souhaitant renforcer l’enseignement des langues, Mme le Recteur a présenté les créations de LV2 (2ème Langue vivante) et LCE (Langues et Cultures Européennes) pour l’académie. Pour rappel, il est officiellement affiché une continuité des langues enseignées de l’école primaire au collège de secteur en seconde langue vivante étrangère avec une priorité à l’italien et à l’allemand. La réalité est autre en Drôme avec de très rares enseignements de ces deux langues en CM1 et CM2 et par conséquent une continuité inexistante.

Le second point à l’ordre du jour était les classes d’immersion. La Drôme voit se développer le dispositif EMILE anglais depuis quelques années, la Savoie est en tête de file avec un IA qui porte la question des classes d’immersion pour l’académie et le déploiement de 6 dispositifs EMILE anglais et 1 EMILE italien. Il existe aussi dans l’académie le dispositif ÉLYSÉE 2020 allemand.

La nécessité de former les enseignants de l’académie a été mise en avant. Mais arrive alors la question de la validation des acquis des personnels et la reconnaissance officielle des enseignants de classes d’immersion dans le 1er degré. Cela ne se pose pas dans le 2nd degré car les professeurs doivent nécessairement être certifiés en « enseignement bilingue des disciplines non linguistiques ». Or rien n’est prévu statutairement pour les PE. L’académie dit travailler à la création d’un certificat universitaire octroyant aux enseignants dont les acquis auraient été attestés par l’université de Grenoble des ECTS (les crédits de formation universitaire européens). L’idée serait de permettre la mobilité à l’étranger. Mais pour le SNUipp-FSU, il s’agit de sécuriser la carrière des personnels qui pour l’heure négocient des règles particulières avec les inspections académiques n’ayant pas force de loi et ne leur garantissant aucun droit.

Un autre élément est à considérer : l’académie de Grenoble qui est dans une dynamique de progression des dispositifs met souvent la charrue avant les bœufs. Ainsi, la mise en œuvre à la rentrée 2018 du dispositif EMILE anglais à l’école de Maubec de Montélimar a été annoncée en réunion. Sur le terrain, on sait bien que le projet n’est pas assez abouti pour cela, que le bâtiment même n’a toujours pas de toit en ce mois de février et que la mise en place du dispositif était envisagée pour la rentrée 2019 ! L’IA de la Drôme a fait remarquer en complément que le choix de l’école Maubec n’était peut-être pas le plus pertinent dès lors que cette école abondait un collège différent de l’autre école de Montélimar aujourd’hui en immersion et qu’il faudrait alors assurer la continuité de l’enseignement d’immersion sur deux collèges différents. Il serait judicieux de renforcer les écoles d’un même secteur de collège.

De la même manière, les départements découvrent, par l’expérience négative de certaines situations, qu’il n’est pas si simple de décréter le positionnement d’un dispositif sur une école car celle-ci est déjà pourvue en enseignants, intéressés ou non par le projet, compétents ou non en langues... Alors qu’en collège, il paraît plus aisé d’affecter un professeur avec la certification adéquate lors d’un départ à la retraite.

Enfin, le SNUipp-FSU a posé la question de l’évaluation du dispositif. L’académie a reconnu n’avoir jusqu’alors qu’une évaluation empirique mais se dote cette année d’un comité scientifique EMILE regroupant quatre enseignants chercheurs. Ceux-ci devraient rendre compte de leurs travaux lors d’une future réunion de la CAELVE à la demande du SNUipp-FSU.

Pour finir, sachez que se déroulera mi mai à Chambéry un colloque autour des dispositifs d’immersion avec d’autres académies et peut-être « THE » ministre. N’hésitez pas à faire connaître vos expériences plus ou moins positives d’ici-là.

Amélie Sigaud

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 957


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan