Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE  / Système Educatif 


fontsizedown
fontsizeup

Ce n’est pas un bug, c’est normal !

jeudi 22 mars 2018

Depuis plusieurs semaines, le ministère multiplie les priorités, tout deviendrait urgent. Sur le terrain, cet état d’esprit du toujours plus vite se répand, souvent au détriment d’un service de qualité. Ce dernier cède le pas à des procédures informatiques standardisées qui, loin de rendre le système plus opérant, génèrent de nombreux dysfonctionnements et donc des procédures chronophages qui nous détournent de nos missions d’enseignement.

Concrètement, de quoi parle-t-on ? De ces dizaines d’applications auxquelles sont confrontés les directeurs, directrices, mais aussi de plus en plus les enseignant(e)s. Pour s’en convaincre, il suffit de se rendre sur le portail ARENA ou bien le PIA. Parmi la myriade d’applications (d’ailleurs une application porte ce nom "myriade") certaines, pourtant obligatoires, dysfonctionnent, et obligent les agents à essuyer les plâtres.

- L’application LSU, déjà lourde dans sa mise en œuvre, a rencontré des bugs récemment. Mais c’était déjà le cas l’an dernier lorsque des enseignants se sont retrouvés avec les bilans d’élèves d’autres écoles que la leur. Ne vous inquiétez pas, c’est normal, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

- L’application affelnet, vient de rencontrer un bug. Et pas des moindres, puisque des élèves ont tout simplement disparu de la base. Résultat, les directeurs-rices voient leur charge de travail accentuée, sans compter les agents de la DSDEN mobilisés eux aussi pour palier l’erreur.

- L’application portfolio, celle censée permettre de formaliser le projet d’école, manque d’ergonomie et impose un cadre inadapté aux situations locales. C’est en tout cas, ce qu’en dise la douzaine de collègues qui ont pris le temps de répondre à notre enquête. Voici un florilège de leurs remarques :

"Je ne comprends pas toutes les cases, ça ne correspond pas forcément à ce qu’on veut faire. C’est juste purement administratif alors que j’ai toujours considéré qu’un projet d’école était un outil de travail et de cohésion intéressant."

"Cela n’a rien à voir avec un projet d’école, il s’agit de cocher et de remplir des cases avec ce qui se fait déjà dans l’école. Nous avons déjà peu de temps de concertation. [...] A qui sert ce document ???? Pas à nous, c’est une certitude."

"Pour chaque action, il faut tout re-rentrer (classes, objectifs...) c’est très long et si on met trop longtemps, cela nous déconnecte et il faut tout refaire [car] rien n’est enregistré !!! Portfolio n’est pas très pratique, lourd et inutile aux enseignants (projet d’école déjà fait sous word)"

"[...] je confirme qu’il est très désagréable de remplir toutes ces cases ou fenêtres qu’il faut ouvrir ou fermer sans avoir une vision globale du travail effectué. Je dirai même que cela m’angoisse ! Ce morcellement de la tâche est très inquiétant. Lorsque l’on tire sur papier et que l’on relit on a l’impression d’un truc indigeste qui de toute façon ne nous servira à rien !!!"

"Le projet d’école est lourd, redondant avec les programmes, pas forcément dynamisant pour l’équipe, vite tombé dans les oubliettes après sa rédaction. La rédaction elle même est très lourde, peu lisible ..."

"Pour l’instant, c’est la directrice qui complète Portfolio. Cela lui prend beaucoup de temps."

"Impossible d’y accéder."

"Nous avons essayé de remplir les cases de l’application. C’est extrêmement chronophage. Nous perdons notre temps à essayer de faire rentrer dans des cases ce que nous proposons. Sentiment de travail inutile. Crainte de devoir tout recommencer parce que pas comme il faut."

Au final, rien ne change, et ce, malgré les constats édifiants. Nous conclurons sur quelques assertions utiles :

"L’Administration devrait commencer par appliquer à elle-même ce qu’elle exige des enseignants."

"Les bugs ne sont pas des dysfonctionnement, ils font partie intégrante du processus de multiplication et de renouvellement des applications."
"L’erreur est humaine, mais un vrai désastre nécessite un ordinateur. »

" Quand une application n’a plus aucun bug, elle est généralement obsolète" et il donc temps d’en changer et de retourner dans le cycle infernal de l’adaptation perpétuelle aux nouveaux outils.

Le numérique est censé nous servir et non pas nous asservir !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1033


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan