Retour accueil

Vous êtes actuellement : SYNDICAT  / Les instances paritaires  / CAPD 


fontsizedown
fontsizeup

CAPD classe exceptionnelle 02 07 2018

mercredi 4 juillet 2018

La signature du PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunération) apportait une possibilité de promotion au mérite condamnée par le SNUipp-FSU : l’intégration ou non à la classe exceptionnelle. La CAPD du lundi 2 juillet abordait les promotions de 2018.

A réception du document de travail classant les candidats à la classe exceptionnelle, les représentants SNUipp-FSU 26 des personnels (au nombre de 2 car cette CAPD est restreinte aux représentants eux-mêmes à la hors classe ou à la classe exceptionnelle) ont travaillé afin de faire valoir des principes confirmés par le ministère :
- garantir l’équilibre hommes-femmes entre les promus et les promouvables.
- veiller à promouvoir les retraitables.

Pour les représentants SNUipp-FSU 26 des personnels, il était aussi important de pouvoir discuter des avis émis par l’IA sur les indications de l’IEN. En effet, l’avis est déterminant pour pouvoir prétendre à une promotion car seuls les candidats ayant reçu un avis "excellent" ou "très satisfaisant" accèdent à la classe exceptionnelle.

Les représentants SNUipp-FSU 26 des personnels ont fait valoir que les IEN n’avaient pas une vision sur l’ensemble de la carrière des enseignants alors que l’avis devait bien porter sur l’entièreté de celle-ci et non sur les pratiques récentes constatées. Il était donc demandé à l’IA de surseoir à des propositions d’IEN pour faire valoir l’ensemble des carrières des candidats.

Mais l’IA ne s’est pas rendu disponible pour cette CAPD. L’IEN adjointe à l’IA ne présidait pas dans l’optique d’apporter quelque changement que ce soit. Tout était verrouillé. Les représentants SNUipp-FSU 26 ont discuté, argumenté mais ne pouvaient rien changer ! Ils ne pouvaient pas non plus consulter les appréciations littérales que les IEN avaient formulées sur les candidats. Pourtant, il s’agit d’un élément constitutif de la carrière des personnels sur lequel ils ont un droit de regard.

De cette manière, des candidats ayant encore plus de 10 ans de carrière devant eux, donc bien le temps d’atteindre la classe exceptionnelle, y accèdent alors que des candidats retraitables vont partir sans l’obtenir car ils ont été écarté par un avis moindre.

Il faut savoir que la classe exceptionnelle doit monter en charge pendant 5 ans pour ensuite ne plus avoir de contingent de promotions mais seulement des possibilités de promotions correspondant aux départs à la retraite d’enseignants à la classe exceptionnelle. Faire le choix de promouvoir un enseignant dont il reste plus de 5 ans d’exercice dans le métier revient à bloquer les possibilités de promotions de tous les enseignants à partir de 2023. C’est une vision de management au mérite à court terme mais qui gangrènera ce système lui-même, et cela est contraire à la commande ministérielle.

Mais puisqu’il semble qu’il n’y ait pas de place à la réflexion collective car il serait convenu que les décideurs décident et que les représentants élus reçoivent les résultats irrévocablement, le SNUipp-FSU 26 invite le Directeur Académique à poursuivre et assumer sa ligne droite vers un précipice. Les représentants SNUipp-FSU 26 feront simplement connaître ses méthodes. Voilà qui est fait !

Quelques chiffres :

- 93 candidat.es
82 au titre du vivier 1 (candidature et enrichissement du CV sur iprof nécessaires)
3 au titre du vivier 2 (inscription automatique sans acte de candidature)
8 au titre des 2 viviers

- 37 candidats sont intégrés à la classe exceptionnelle au 1er septembre 2018 dont 60% de femmes et 40% d’hommes, 22 retraitables, 7 au 6e échelon de la hors classe, 12 au 5e et 18 au 4e.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 419


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan