Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTIONS  / Consignes syndicales 


fontsizedown
fontsizeup

APC : consigne du SNUipp-FSU 26

jeudi 13 septembre 2018

Utiliser différemment le temps des APC (activités pédagogiques complémentaires) est un premier pas vers la reconnaissance de notre temps réel de travail.

Le SNUipp-FSU remet au cœur des débats le temps de travail des enseignants en maintenant sa consigne de réappropriation des 108 heures. Action qui permet aux équipes de se réapproprier les 36 heures d’APC pour les utiliser de manière pertinente et adaptée à leurs besoins.

Dans le cadre de leurs obligations de service, les personnels enseignants du premier degré consacrent, d’une part, vingt-quatre heures hebdomadaires d’enseignement à tous les élèves et, d’autre part, trois heures hebdomadaires en moyenne annuelle, soit cent huit heures annuelles, aux activités définies à l’article 2 du décret 2008-775 modifié.

Une étude du ministère (DEPP) publiée en juillet 2013 sur le temps de travail des enseignants des écoles montre que le temps moyen consacré aux relations avec la communauté éducative atteint 3 h par semaine en moyenne pour 66% d’entre eux, soit les 108 heures annuelles.
Elle met également en lumière une moyenne de 3 heures hebdomadaires consacrées aux « autres tâches professionnelles » dont la participation aux conseils d’école ou à la formation.

Sans compter qu’il faut ajouter bien sûr le temps consacré à la préparation de classe, aux corrections, à la recherche documentaire, aux équipe éducatives, à l’organisation de classes de découvertes... et aux 24 heures d’enseignement.
Il faut ajouter également à cela des obligations formalisées par d’autres textes comme les deux jours de pré- rentrée, la journée de solidarité ou le temps d’accueil de 10 minutes avant la classe.
Le temps dû dans le cadre des obligations réglementaires de services est donc largement dépassé : aujourd’hui, de nombreux enseignants du 1er degré se plaignent d’une surcharge de travail et de l’impossibilité de bien faire leur travail.

Une première étape : la réappropriation des heures d’APC

Au total, les enseignant-es travaillent en moyenne plus de 44 heures par semaine. C’est beaucoup trop ! Il s’agit donc de diminuer le temps de travail des enseignant-es.

Pour le SNUipp-FSU, une première étape passe par la gestion libre du temps des APC. Plus globalement, les 108 heures actuelles doivent être laissées à la disposition des équipes pédagogiques. C’est aux enseignants en tant que professionnels d’en définir eux-mêmes les contenus.
Les obligations de service des professeurs des écoles doivent être revues.

la réussite de tous les élèves, doit être rendue possible sur le temps de classe, ce qui passe par une baisse des effectifs, le renforcement des RASED et une formation continue digne de ce nom.

36 heures d’APC sont hors du temps scolaire obligatoires pour tous les élèves et soumis à l’accord des parents. Elles restent essentiellement consacrées à des activités de soutien.

Elles peinent à faire sens pour de nombreux enseignants. Loin d’avoir fait la preuve de leur efficacité, elles alourdissent la charge de travail, allongent les journées et peuvent compliquer l’organisation des écoles.
Rappelons que le Décret Blanquer n° 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques interdit toujours des journées de classe supérieurs à 6 heures.

Alors que notre métier est en pleine mutation, le primaire en France n’est toujours pas au niveau de ses voisins européens en matière d’investissement et continue à être plus inégalitaire que les autres. La France est aussi un pays qui a l’un des temps d’enseignement les plus importants d’Europe. Les enseignants des écoles du premier degré français ont un temps d’enseignement en moyenne beaucoup plus élevé que leurs collègues européens : 900 heures devant les élèves (36 semaines annuelles x 24 heures + 36 heures d’APC), contre 756 heures en Europe et 772 heures dans les pays de l’OCDE (chiffres de 2013 » - rapport de l’OCDE 2015).

Exigeons ensemble des moyens, du temps et de la formation pour que soient possibles toutes les actions permettant la réussite de tous les élèves.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 419


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan