Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE  / Système Educatif 


fontsizedown
fontsizeup

Les fables drômoises du SNUipp-FSU

jeudi 4 octobre 2018

Le SNUipp-FSU 26 est témoin de nombreux dysfonctionnements et/ou aberrations au sein du département et souhaite vous en faire part au travers de quelques "fables" écrites sur le ton de l’ironie.

Chacune relate une situation bien réelle. Bien qu’écrite au singulier, chaque histoire concerne souvent plus d’une personne malheureusement. Les personnels concernés sauront parfois se reconnaître.

Mises bout à bout, ces "petites histoires professionnelles" nous montrent le décalage entre d’une part les bonnes intentions affichées dans les médias par notre Président et son ministre de l’Éducation Nationale et d’autre part le vécu des agents sur le terrain bien loin des contes de fées.


- Fable n°1 : Formation dont tu as envie, tu ne feras pas !

Il était une fois une enseignante drômoise qui souhaitait se former.

Elle s’inscrivit donc dans GAÏA comme sa hiérarchie le lui imposait. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle apprit qu’on lui refusait sa formation sous prétexte que celle-ci était proposée par une autre circonscription que la sienne.

Ainsi l’enseignante apprit à ses dépens qu’en Macronie, le principe de mutualisation toujours mis en avant par ses décideurs ne s’appliquait pas à elle en la circonstance !


- Fable n°2 : Formation dont tu n’as pas envie, tu feras !

Il était une fois un jeune enseignant drômois, si jeune qu’il avait à cœur de se préoccuper des choses importantes pour la gestion de sa classe.

Dans son souci de bien faire, cet enseignant était donc fortement occupé à travailler avec ses élèves "les fondamentaux", suivant ainsi la bonne parole de son ministre. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il s’est vu inscrit à un stage de formation musique qu’il n’avait jamais demandé.

Inscrit d’office à ce stage pourtant noté facultatif au plan de formation, notre cher enseignant apprit à ses dépens qu’en Macronie, le choix de la formation était devenu optionnel !


- Fable n°3 : Déplacements gratuits tu feras !

Il était une fois une enseignante du RASED chevronnée et drômoise qui, comme sa fonction l’y conduit, naviguait entre quelques écoles afin de venir en aide aux élèves en difficulté.

Quelle ne fut pas sa surprise quand elle apprit qu’elle devrait bientôt se déplacer gratuitement, l’enveloppe de frais de déplacements qui lui était attribuée étant épuisée. Son supérieur hiérarchique lui proposa bien de substituer ses rendez-vous en présentiel par de simples rendez-vous téléphoniques, l’enseignante ne pu s’y résoudre.

Ainsi, notre chère enseignante apprit à ses dépens qu’en Macronie, rien ne sert d’avoir de l’éthique, il faut savoir économiser !


- Fable n°4 : Des dossiers de tes collègues tu hériteras !

Il était une fois une enseignante référente drômoise dont la gestion des dossiers à traiter ne cessait de croître depuis des années.

Bientôt, quelques événements viendraient bouleverser son quotidien. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle apprit qu’une de ses paires serait bientôt en arrêt, ne serait évidemment pas remplacée et qu’il faudrait donc assurer en plus la gestion d’une partie de ses dossiers.

Notre chère enseignante apprit à ses dépens qu’en Macronie, le surcroit de travail est un passage obligé pour celle qui ne veut pas laisser des dizaines de dossiers MDPH en attente pendant des mois et donc des dizaines de familles dans le plus grand désarroi !


- Fable n°5 : Évaluation il y a eu, remonté des résultats il y aura !

Il était une fois une équipe enseignante d’une petit école drômoise qui fit passer les évaluations nationales CP-CE1.

Consciente d’une forme de supercherie et du temps inutilement perdu, l’équipe se décida à ne pas faire remonter les résultats via l’application du ministère. Quelle ne fut pas la surprise des enseignantes quand l’IEN leur dit : "que nenni, je vous envoie un TR pour faire le "sale boulot" et effectuer la saisie à votre place".

Ainsi, l’équipe enseignante apprit à ses dépens qu’en Macronie, rien ne sert de réfléchir, il faut exécuter les ordres !


- Fable n°6 : Cédéisé du seras, moins d’argent du gagneras !

Il était une fois une AVS qui travaillait avec un entrain heureusement inversement proportionnel à son salaire.

Donnant satisfaction en tout point, la grande Administration, soucieuse de réduire la précarité croissante dans notre société, proposa à cette AVS un CDI. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle apprit qu’elle ne pourrait être "cédéisée" qu’à la condition d’un moindre salaire.

Notre chère AVS apprit à ses dépens qu’en Macronie, la sortie de la précarité n’a pas de prix ou plutôt de décence !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 421


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan