Retour accueil

fontsizedown
fontsizeup

Rassemblement devant l’IA mardi 14 mai 18h

Stoppons le terminator de l’école

samedi 11 mai 2019

Ce mardi 14 mai 2019, la loi Blanquer sera examinée au Sénat. Partout en France, les enseignants se mobiliseront avec des rassemblements, des conférences de presse, des manifestations, des opérations école-morte, ...

Dans la Drôme, afin de marquer notre refus de cette loi mais aussi marquer notre profonde opposition au projet de loi Dussopt dite de transformation de la fonction publique,

la FSU 26 et ses syndicats nationaux (SNUipp, SNES, SNEP, ...)

appellent à UN RASSEMBLEMENT

MARDI 14 MAI 2019 à 18h

devant l’Inspection d’Académie de la Drôme.

Dress-code ROUGE

Venez nombreux pour un happening « Ils veulent mettre les fonctionnaires et les profs à genoux ! »


A travers de nombreuses lettres écrites aux enseignants, directeurs, élus, ... le ministre de l’éducation nationale tente depuis plusieurs semaines de désamorcer le processus qu’il a lui même enclenché.

En se privant de la concertation préalable avec les organisations syndicales (OS) et en voulant passer en force sa loi, le ministre est dorénavant isolé. A l’instar du ministre de l’intérieur qui multiplie les "mensonges" sous couvert d’approximations, M. Blanquer répète à l’envi que les OS racontent des "bobards".

Mais les faits sont têtus et les belles paroles de M. Blanquer, dit le "grand bobardier", ne changeront rien à la détermination des enseignants qui étaient encore plus d’un tiers en grève jeudi 9 mai 2019. Contrairement aux propos fallacieux du ministre, l’examen de la loi au Sénat va être le théâtre d’un déchainement d’amendements tous plus réactionnaires les uns que les autres. Quant à l’intervention du chef de l’État et ses annonces intenables dans le cadre budgétaires qu’il nous impose par ailleurs, elles n’engagent que ceux qui veulent y croire, surtout à la veille des échéances électorales européennes.

Voici un petit florilège extrait d’un article du Café pédagogique :
- L’article 1 qui vise à sanctionner les enseignants s’exprimant sur l’institution scolaire sera très probablement maintenu puisque les amendements demandant son retrait ont été rejetés.
- Un amendement déposé par J. Grosperrin met les professeurs des écoles sous l’autorité hiérarchique du directeur d’école qui "participe à leur évaluation".
- Un autre amendement déposé par M Brisson impose la formation continue sur les temps de congés.
- Un amendement de M Brisson donne à l’État la possibilité d’affecter un enseignant en dehors des opérations habituelles du mouvement, simplement avec l’accord de l’intéressé.
- Un amendement ouvre le champ de l’annualisation des services entrouvert dans l’article 8 de la loi Blanquer.
- Un amendement vise à donner la possibilité aux jardins d’enfants, structures concurrentielles des écoles maternelles, de remplir l’obligation d’instruction donnée aux enfants âgés de trois à six ans.
- Concernant les EPSF, le ministre s’est vu rassurant en indiquant que les conseils d’écoles seraient finalement consultés, comme cela a pu se faire lors de la mise en œuvre des rythmes scolaires. Nous voilà rassurés !

Dans tous les cas, c’est bien l’Assemblée Nationale, acquise à la majorité qui marche derrière Blanquer, qui aura le dernier mot. Pour l’heure, toutes les dérives sont possibles. Le texte final pourrait être encore plus dévastateur que sa version initiale.

M. Blanquer veut mettre l’école à genoux, la mobilisation doit se poursuivre !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 7


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan