Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / AVS AESH  / AVS 


fontsizedown
fontsizeup

Rentrée des AESH et compte-rendu d’audience du 20/09

A consolider Monsieur le DASEN !

vendredi 20 septembre 2019

Les années se suivent et se ressemblent, tout le monde connaît cette formule !
En ce qui concerne l’accueil des enfants en situation de handicap, nous aurions bien aimé que cela change et que la panique de la rentrée 2018 ne se reproduise pas.
Hélas, malgré les gesticulations médiatiques de notre ministre essayant de défendre son service de l’école inclusive, nombreuses sont les écoles qui ont dû organiser la rentrée « en bricolant » l’accueil des enfants notifiés. A cela, il convient de rajouter les trop nombreux dossiers en attente de notification …

Dans les faits, le fameux service de l’inclusion était injoignable, des AESH en attente de contrat n’étaient pas affectés, des personnels recrutés ont rejoint leurs écoles d’affectation sans qu’aucune information les concernant n’aient été communiquées aux équipes enseignantes, des élèves notifiés ont fait leur rentrée sans accompagnement…


Compte rendu de l’audience avec le DASEN du 20/09/2019


Lors de l’audience auprès du DASEN avec les représentants SNUipp-FSU 26 des personnels, vendredi 20 septembre, la secrétaire générale a détaillé l’organigramme pour cette année où cohabite le service départemental de l’école inclusive à la DSDEN (demandé par le ministère) et les trois PIAL.

Le service de l’école inclusive est constitué des deux coordonnatrices recrutées en 2018 et de quatre personnels administratifs de la DSDEN. Il doit assurer le guichet unique qui a été rapidement saturé, la gestion de tous les AESH hors PIAL et la coordination des trois PIAL. Les fameux PIAL sont cette année sur Romans Isère, Crest et Crest Vallée de la Drôme. Ils sont dirigés par l’IEN et les principaux de collèges avec l’aide d’un coordonnateur.rice directeur.rice déchargé.e d’un quart temps pour ces missions et d’un.e AESH déchargé.e à temps complet d’un temps plein. L’IA envisage d’ores et déjà de dégager au CTSD de carte scolaire de février un mi-temps de décharge pour tous les coordonnateur.rices au lieu d’un quart. On peut s’interroger sur la capacité d’un personnel ayant par ailleurs des missions (direction, classe) de pouvoir porter cette casquette à mi-temps. Il sera important pour le SNUipp-FSU 26 que le point soit fait avant le CTSD avec les trois « testeurs » de cette année pour évaluer les besoins, notamment car ils sont énormes fin août et septembre alors que le.la directeur.rice a besoin d’être disponible à l’école.

La question des missions des enseignants référents (ERS) a aussi été soulevée. L’IA les a rencontrés en septembre et a avoué s’être trouvé face à des personnels particulièrement défavorables au changement d’orientation annoncé. L’IA a dit vouloir privilégier la présence des ERS à toutes les premières demandes en équipe éducatives en priorité et leur implication dans le PIAL en second, les autres missions d’accompagnement des équipes et des familles devant passer ensuite. Il s’appuie sur l’implication importante des ERS du PIAL en expérimentation l’année dernière. Le SNUipp-FSU 26 a tenu a rappelé quel avait été le coup en terme de santé des personnels lors de l’expérimentation, des missions supplémentaires reposant sur des personnels particulièrement surchargés de travail comme l’avait conclu la délégation de visite CHSCT.

Le SNUipp-FSU 26 connaissait un certain nombre de situations d’AESH travaillant sans avoir signé de contrat et il s’est avéré que la délégation syndicale comptait une AESH dans ce cas. Elle a pu dire qu’elle n’avait pas de contrat au 20/09 alors qu’elle accompagnait des élèves depuis 10 ans, et que c’était le cas de 6 AESH sur son école ! L’IA a rappelé qu’il s’était adressé par écrit aux écoles pour assumer la responsabilité de faire travailler des personnels sans contrat signé, en mettant en avant l’accueil des élèves notifiés. Pour le SNUipp-FSU 26, ceci est purement scandaleux et les échanges avec les services n’étaient absolument pas rassurants. Dès le retour à la section, les déchargés ont envoyé un mail en urgence aux écoles pour obtenir une liste même partielle de noms afin d’éviter que ces personnels ne reçoivent pas de traitement en septembre faute de signature. Le SNUipp-FSU 26 a mis en avant l’aberration qui consiste à envoyer numériquement les contrats sur les boîtes personnelles qui dirigent lesdits mails en indésirables. Soit les AESH sont institutionnellement reconnu.es avec un NUMEN et une adresse académique qui leur sont communiqués, soit on oublie les envois électroniques ! L’IA s’est engagé à se rendre dans des réunions d’AESH par secteur, dont la première à Romans le 24 septembre, pour aborder notamment cette question.


La promesse de l’amélioration du fonctionnement de l’école inclusive faite en septembre 2018 par notre Inspecteur d’Académie semble bien loin !

De plus, la nouvelle circulaire académique, qui a le mérite d’harmoniser la situation des AESH, aurait dû simplifier le fonctionnement de l’accompagnement des enfants en situation de handicap, ce qui malheureusement n’a pas été le cas. Cette circulaire doit donner lieu à une clarification de la part des services de la DSDEN afin que les obligations horaires des personnels AESH soient respectées. Les heures d’accompagnement y sont clairement exposées en fonction de la quotité de travail des personnels AESH. Ce n’est pas aux directeurs d’école de contrôler les heures de travail des AESH en dehors des heures d’accompagnement. Un complément à cette circulaire académique doit être fourni au plus vite aux écoles pour permettre l’établissement d’emplois du temps ne lésant ni les enfants à accompagner, ni les personnels en charge de cet accompagnement.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie a opté pour l’envoi d’un courrier à tous les directeurs pour mettre en avant le temps de travail et la quotité de service des AESH (20h d’accompagnement élève c’est 820h de temps annuel comprenant des heures de réunions…). Il s’est engagé à créer une adresse mail de contact spécifique pour les directeurs d’écoles. A suivre...

La nécessaire communication entre le service de l’école inclusive de la DSDEN et les écoles est trop souvent inexistante. Au regard de l’organisation en cette rentrée 2019, on peut se demander où sont passés les enquêtes de la DSDEN dûment complétées l’an dernier par les directrices et les directeurs d’école.

La coordonnatrice du service a regretté cette situation. Il était palpable qu’elle essayait de faire face mais manquait de moyen. Pour le SNUipp-FSU 26, il y a un problème réel de calibrage des moyens humains et techniques pour être en capacité de gérer les retours d’enquêtes en fin d’année scolaire, surtout lorsqu’on sait que l’accompagnement des élèves en situation de handicap concerne de plus en plus d’élèves chaque année.

Le SNUipp-FSU 26 a posé la question des remplacements de congés. D’après la coordonnatrice, la demande est faite au rectorat si le congé est de plus de 15 jours, il est fait appel à un vivier de personnels ayant été reçus en entretien. Les contrats sont de 17h30, ce qui ne correspond à rien en terme d’accompagnement des élèves. Il s’agit d’un traitement administratif hors sol.

Enfin, la question de la prise en charge des frais de déplacement reste totalement suspendue à une organisation académique. Elle est promise mais n’est pas mise en œuvre.
On le voit, le dossier est loin d’être clos.

Mercredi 16 octobre, de 9h à 12h, à Montélimar, une réunion d’information syndicale à destination des AESH mais aussi des enseignants des écoles sera organisée par les délégués SNUipp-FSU 26 des personnels.

PDF - 638.2 ko
Circulaire AESH
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 10


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan