Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE  / Système Educatif 


fontsizedown
fontsizeup

Billet d’humeur d’une enseignante de CP de la Drôme

jeudi 19 septembre 2019

Je suis enseignante en classe de CP... pas de bol, il va falloir que je me recoltine les évaluations nationales ! J’aurais pu être en CM1 et avoir quelques années devant moi avant que les évaluations nationales CM1 ne sortent, mais voilà, je suis en CP.

L’an passé, j’ai fait de la "résistance". Je ne comprenais pas pourquoi je devais faire passer des évaluations ineptes, inefficaces et inadaptées. Je les ai faites passer, pour savoir de quoi je parlais et pour pouvoir expliquer en quoi elles étaient ineptes, inefficaces et inadaptées.

Mais je n’ai pas voulu passer des heures à remplir un fichier de résultats digne d’une usine à gaz, ni participer à cette mascarade en faisant remonter les résultats, cautionner le pilotage par les résultats et laisser la porte ouverte à une rémunération au mérite...

J’ai donc reçu ma petite remontrance de ma hiérarchie, une petite visite inopinée de l’IA-DASEN "en personne" pour essayer de me convaincre, mais j’ai tenu bon. Je veux garder ma liberté pédagogique... C’est l’essence même de mon travail, ce qui me pousse chaque année à bouger, trouver de nouvelles idées pour que ma classe fonctionne.

Sauf que maintenant, c’est à moi que l’on demande de fonctionner !

Ce matin, cerise sur le gâteau, je consulte le plan de formation. Et là, je comprends qu’on a déjà choisi mes animations pédagogiques à ma place ! Trop cool, même pas besoin de choisir : 18 heures obligatoires sur 18, pour nous apprendre la bonne méthode pour apprendre à lire et à compter, avec en surplus, une surveillance (cela s’appelle comme ça) accrue des maitres de CP dans leur classe pour voir s’ils appliquent bien les directives ministérielles.

Moi qui pensais pouvoir m’inscrire à un module "troubles du comportement", réservé à la seule ASH, il faudrait que je le fasse sur mon temps perso... ben non ... et c’est vrai qu’on n’a pas besoin de cette thématique dans les classes "ordinaires"... à l’heure où les places manquantes en ITEP, ULIS et autre IME nous amènent à gérer dans nos classes "ordinaires" des élèves dits "difficiles" sans moyen supplémentaire bien sûr.

Et en plus, je vais devoir aller hors circo, à 50 bornes de chez moi, top !

Je suis enseignante de CP, convaincue du bien fondé de mon travail et de ma réflexion, je ne veux pas que mon avenir consiste en des évaluations, un entraînement régulier pour les réussir, un flicage de ce que je ferais ou pas.

A contrario, je veux pouvoir faire réfléchir mes élèves sur le monde qui les entoure, les éveiller au plaisir de lire, leur donner les clés de la réussite tout en continuant à y prendre du plaisir en tant qu’enseignante.

Jusqu’à quand va-t-on se taire et accepter tout ça ? Jusqu’à quand va-t-on râler dans notre coin sans réagir pour autant ?

Jusqu’à quand va-t-on dire "on n’a pas le choix ?"

On a toujours le choix... enfin j’espère. Mais jusqu’à quand ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 17


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan