Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Direction d’école 


fontsizedown
fontsizeup

Service civique : même la précarité coûte trop cher !

Recrutements bloqués pour 2019

mercredi 16 octobre 2019

C’est avec un certain agacement, pour rester poli, que les directeurs et directrices de la Drôme ont appris en ce début octobre 2019, trop souvent au détour de conversations et d’informations toujours bien gardées sous silence, comme d’habitude, que le recrutement de services civiques était bloqué. Raison invoquée par la DSDEN, nous aurions atteint le contingent de recrutement pour l’année civile 2019.

Ainsi donc, les directeurs-rices vont une nouvelle fois devoir faire SANS !

Cette façon de renvoyer aux acteurs de terrain la responsabilité d’assumer les missions sans les moyens pour les exercer n’est malheureusement pas nouvelle. Macron et son gouvernement ne font que poursuivre une politique du moindre coût en vigueur depuis plus d’une décennie. Mais il semble toutefois qu’à chaque nouveau mandat, les politiques, qui pourraient décider de lever le pied, choisissent d’appuyer sur l’accélérateur.

C’est ainsi qu’il y a deux ans à peine, le gouvernement fraîchement nommé décidait la suppression massive de tous les contrats EVS. Au-delà du drame humain engendré, la conséquence directe de cette mesure de coupe budgétaire fut la dégradation immédiate des conditions de travail des directeur-rices et donc du fonctionnement des écoles.

Et deux ans plus tard, certains ne s’émeuvent même plus lorsqu’une directrice d’école met fin à ses jours dans son école en n’oubliant pas de rappeler les causes institutionnelles de son geste irréversible. Au contraire, c’est au lendemain du jeudi 3 octobre 2019, jour de l’hommage rendu à la mémoire de Mme Christine RENON, qu’on nous annonce que le budget pour le recrutement de services civiques est épuisé. Mais de qui se moque-t-on ?

Les services civiques ont été mis en avant par les rectorats il y a deux ans pour compenser prétendument la suppression de milliers de postes d’EVS dans les écoles. Mais voilà, dans les faits, ces contrats sont beaucoup plus précaires et voilà qu’on apprend que l’enveloppe pour leur recrutement dans la Drôme n’est pas à la hauteur des besoins. Quelle surprise !

Afin de montrer sa bonne volonté et dans le but de contenir la colère montante des personnels, la DSDEN annonce avoir demandé une rallonge budgétaire au rectorat de Grenoble. On croit rêver ! Ce n’est pas comme si le nombre d’écoles, d’élèves et de personnels enseignants drômois étaient des données suffisamment stables pour être parfaitement connues de notre Administration.

On le voit bien, le budget alloué est bien en deçà des besoins et nos décideurs en sont parfaitement conscients. Mais la consigne est toujours la même : rationaliser. Sauf qu’au final, cette logique conduit à des situations totalement "irrationnelles" où des candidats remplissant parfaitement les critères, motivés pour travailler dans les écoles, essuient des refus alors que les 6 millions de personnes pointant à pôle emploi se voient taxer de "fainéants" par notre cher Président.

Futurs potentiels services civiques, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Traverser donc la rue !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 13


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan