Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTIONS  / Consignes syndicales 


fontsizedown
fontsizeup

L’accompagnement CP : quelle existence réglementaire ?

Celle qu’on veut bien lui accorder

jeudi 14 novembre 2019

Tout le monde aura compris que le ministre de l’Education Nationale se concentre sur les CP. C’est une vitrine médiatique bien choisie qui parle à la société avec l’enjeu d’arriver à décoder, écrire et compter cette année-là.

Les enseignants, en tant qu’experts des apprentissages, tentent de faire entendre qu’il y a la scolarité globale d’un enfant à interroger et que les restrictions pédagogiques induites en CP qui vont à l’encontre de la liberté pédagogique ne seront pas profitables aux élèves.

Le SNUipp-FSU affirme à nouveau que l’école de la confiance du ministre Blanquer n’en a que le nom. Dès lors qu’on réduit la liberté pédagogique et qu’on évalue de manière standardisée et inadaptée, on est dans la défiance.

Et que dire de l’ « accompagnement CP » par les IEN ?

Réglementairement, il n’existe pas de textes précisant que les personnels seront particulièrement suivis dans leur carrière lorsqu’ils exerceront en CP. Un tel texte aurait du mal à voir le jour car un professeur des écoles en CP est un adjoint en école élémentaire ou primaire. S’appliquent à lui les textes de rigueur pour son corps des professeurs des écoles.

Les textes se trouvent dans l’accord du PPCR. Il est précisé le cadre de l’évaluation des enseignants : l’agent bénéficie d’un rendez-vous de carrière dans la 2e année dans l’échelon 6 et entre 18 mois et 30 mois dans le 8e échelon, dans la 2e année du 9e échelon pour accéder à la hors classe.

Il est question également d’accompagnement tel que défini dans la "fiche 1 PPCR accompagnement enseignants" dont voici des extraits :

- "L’accompagnement peut se concevoir de manière collective ou individuelle. Il s’agit d’un accompagnement de proximité des équipes et des personnels qui vise à les soutenir dans l’exercice de leur mission, dans une relation de confiance. L’enjeu est de développer le potentiel individuel des acteurs de l’école ou de l’établissement et de construire des compétences collectives pour assurer la cohérence et l’efficacité de l’action éducative.
En parallèle des rendez-vous de carrière, cette démarche, qui doit bénéficier à tous les enseignants, revêt une dimension formative."

Pour le SNUipp-FSU, les enseignants ne sont pas hélas en 2019 dans une relation de confiance justement. Notamment quand ils ont osé critiquer les évaluations standardisées et qu’ils se sont vus menacés.
Ils sont aussi à même de s’interroger sur la dimension formative lorsqu’ils ont l’expérience de nombreuses années d’enseignement en CP.
Par ailleurs, l’expression "en parallèle de" suggère fortement une forme de concomitance entre le rendez-vous de carrière PPCR et cet accompagnement, or ce n’est évidemment pas le cas pour de nombreux collègues à qui l’on impose cet accompagnement en dehors de toute perspective de RDV de carrière pour cette année ou l’année suivante.

- "Les objectifs de l’accompagnement individuel sont de :

  • consolider et développer les compétences professionnelles :
    - consolider les compétences inscrites au référentiel des personnels, particulièrement en début de carrière, au cours des première et deuxième années après la titularisation ;
    - offrir une formation dans les domaines de la pédagogie générale, de la didactique ou de la gestion de classe ;
    - approfondir les connaissances disciplinaires ;
  • remédier aux difficultés rencontrées par certains personnels :
    - en apportant un soutien aux personnels faisant état de difficultés ;
    - en proposant une aide à la suite d’un constat effectué par un personnel
    d’encadrement compétent à leur égard ;
  • favoriser la mobilité professionnelle :
    - soutenir les personnels souhaitant élargir leur champ de responsabilités au sein de l’école, de l’établissement, au niveau de la circonscription, du département ou de l’académie ;
    - identifier, aider et conseiller les personnels souhaitant évoluer vers d’autres fonctions et notamment des fonctions d’encadrement.
    L’accompagnement individuel fait l’objet, en tant que de besoin, d’une restitution formalisée à l’enseignant."
    Pour le SNUipp-FSU 26, un certain nombre de personnels ne se retrouvent pas dans ces items. De plus, le rapport écrit n’a pas de caractère obligatoire.

- "En conclusion, l’accompagnement tel que défini ci-dessus répond à la fois à une demande des personnels et à un besoin de l’institution. Il est impulsé et coordonné par les personnels d’encadrement qui agissent dans leur domaine respectif mais aussi en complémentarité. Conçu dans un esprit de formation et de valorisation des compétences, il est progressif et ajusté tout au long de la carrière des personnels."

Pour le SNUipp-FSU, la question centrale est justement celle du besoin de l’institution tel qu’il est défini par le ministre actuellement avec l’objectif 100% réussite en CP. Cet objectif n’est pas partagé par la profession pour différentes raisons tellement entendables et argumentées. Et l’esprit de formation et de valorisation des compétences n’est pas au rendez-vous lorsque des techniques de new management public sont à l’œuvre.

Ainsi, il est urgent d’attendre et de ne pas répondre avec zèle aux injonctions surtout lorsqu’elles obligent d’emblée et une fois de plus à "remplir de la paperasse". Sachons dire STOP ! Que notre employeur nous donne les moyens de faire notre métier avant de nous demander de rendre des comptes, car c’est bien de cela qu’il s’agit : montrer patte blanche, justifier de son temps, formaliser sa pratique, ... et dans quel but ? Nous occuper, nous fliquer, nous culpabiliser et/ou nous infantiliser ? Faites votre choix ! Ou peut-être serait-il temps de refuser de choisir !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 41


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan