Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTIONS  / Grèves / Manifs / Rassemblements 


fontsizedown
fontsizeup

Le gouvernement s’obstine : manif le 14 et grève le 17/12

Soyons en colère, restons solidaires, manifestons !

mercredi 11 décembre 2019

PDF - 97.8 ko
Communiqué de Presse FSU 26
PDF - 141.8 ko
Communiqué de Presse FSU

Florilège des réactions au discours du 1er ministre du 11/12/2019


Suite à l’allocution de M. Édouard Philippe, sous-fifre de Macron le monarque présidentiel, les réactions ont été vives et sans équivoque sur la nécessité d’amplifier la mobilisation :

- Le secrétaire général de la CGT-Cheminots (1er syndicat de la SNCF), Laurent Brun, appelle à « renforcer la grève » après les annonces du Premier ministre sur la réforme des retraites, qui a confirmé « le régime injuste par points », a-t-il indiqué à l’AFP.

- « Le gouvernement s’est moqué du monde. Le gouvernement veut individualiser le système de retraite. Tout le monde va travailler plus longtemps, c’est inacceptable », a déclaré Philippe Martinez de la CGT, sur LCI.

- « Le Premier ministre confirme son projet, et on ne sait toujours pas ce qu’il propose pour compenser la fin du calcul des pensions sur les six derniers mois dans la fonction publique. Ce qu’on sait, c’est qu’il faudra travailler plus longtemps, et ça c’est non pour la FSU. Le mécontentement et la détermination restent entiers », a indiqué peu après le discours du Premier ministre sur les retraites Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, première fédération syndicale chez les enseignants.

- Le discours d’Édouard Philippe « ne peut que confirmer la nécessité de renforcer la mobilisation », a réagi Force ouvrière. « Incontestablement la mobilisation exceptionnelle et la grève engagée le 5 décembre conduisent le gouvernement à retarder l’application effective à la génération 1975 plutôt qu’à la génération 1963 comme initialement prévu. Pour FO cela ne peut que confirmer la nécessité de renforcer cette mobilisation ».

- Le numéro un de la CFDT Laurent Berger a réagi aux annonces d’Édouard Philippe sur les retraites en estimant que « la ligne rouge est franchie » avec l’âge d’équilibre à 64 ans. La CFDT, jusque là en retrait de la mobilisation appelle désormais " les travailleuses et travailleurs à se mobiliser le 17 décembre pour que le gouvernement revoie son projet de réforme".

- Le secrétaire général de l’UNSA, Laurent Escure, a exprimé sa « déception » après les annonces d’Édouard Philippe sur la réforme des retraites, estimant qu’une « ligne rouge » était franchie avec la décision d’instaurer un âge pivot à 64 ans. Laurent Escure assure que la mobilisation de ses fédérations à la SNCF, la RATP et chez les enseignants pourrait « se globaliser ».

- Le discours d’Édouard Philippe détaillant la réforme n’est « pas à la hauteur de nos revendications », a regretté Didier Mathis, secrétaire général de l’UNSA-ferroviaire, deuxième syndicat de la SNCF, interrogé par l’AFP.

En conclusion, l’intervention télévisée du 1er ministre ne pouvait pas être plus scandaleuse. Elle est parvenue à réaliser la prouesse de mettre tout le monde d’accord sur la nécessité d’amplifier la mobilisation. Ceux qui hésitaient encore vont rallier le mouvement de contestation, à l’image de la CFDT. Dorénavant, toutes les organisations syndicales (CFDT, FO, FSU, CGT, Solidaire, UNSA, ...) appellent à une journée de grève massive mardi 17 décembre 2019.

- 3ème temps fort : Jeudi 12 Décembre :

Les AG éduc de Pierrelatte et Montélimar ont réuni respectivement 40 et 45 personnes.

La manifestation de Montélimar a réuni 800 personnes de la gare à l’espace St Martin. Les enseignants représentaient 1/3 du cortège. Preuve que les fausses promesses du 1er ministre et du ministre de l’éducation nationale n’ont toujours pas convaincu les enseignants !

La manifestation de Valence a réuni 2 000 manifestants du Champ de Mars à la Préfecture.

Une délégation FSU 26 a été reçue par la députée LREM Célia de Lavergne à Chabeuil avec un sympathique comité d’enseignants réuni devant la porte.

Elle était prête à revenir sur ses propos dans la presse qui avaient choqués la section départementale qui sait bien que les femmes seraient les grandes perdantes de la réforme des retraites par points.

-  Vendredi 13 Décembre :

Rassemblement interpro devant la préfecture pour accueillir le ministre Dussopt, dont la loi scélérate du même nom a organisé la casse du service public et la fin du paritarisme.

Le rassemblement avait été déclaré en préfecture et accordé mardi 10/12. Mais un contre ordre est arrivé tard hier, obligeant un secrétaire d’UD à se rendre au commissariat le soir jusqu’à 23h30 pour organiser le nouveau rassemblement derrière des barrières de sécurité à bonne distance de l’entrée.
Confiance et discussion avec les OS : la preuve !

PDF - 143.7 ko
Communiqué de presse intersyndicale venue Dussopt 13 12 2019

Programme des mobilisations


-  Samedi 14 Décembre :

  • Distribution de tracts sur le marché à Montélimar et Crest, devant la permanence de M Clapot à 9h pour Valence.
  • Manifestation 14h à Montélimar départ gare jusqu’à Carrefour

-  temps fort : Mardi 17 Décembre :

Journée de forte mobilisation à l’appel d’une large intersyndicale nationale CGT FSU FO Solidaires MLN UNL UNEF. La CFDT appelle également à cette journée depuis l’allocution du 1er ministre.

PDF - 210.4 ko
Communiqué unitaire 17 décembre
  • Romans : 9h AG interpro (salle C. Michels, Maison des syndicats)
    Manifestation 10h départ Place Ernest Gailly (prise de parole CGT) -Bd Gambetta-lycée Triboulet (prise parole FSU)
  • Valence : 10h AG interpro (maison des syndicats)
    Manifestation 14h départ Champ de Mars
  • Pierrelate : 10h AG éduc à l’école élémentaire du Rocher
  • Montélimar : 10h AG éduc (Lycée Alain Borne)
    Manifestation 14h gare
  • Nyons : 10h AG éduc, salle de l’ancien tribunal, au croisement du passage Maupas, et de la rue de la mairie. (sous l’école de musique).
  • Crest : 7h30 devant Armorin (tractage)

Soyons encore nombreux en grève et dans la rue pour montrer notre détermination. La réussite de ce mouvement dépend de notre persévérance dans l’action.

Il est important de recenser les grévistes dans les écoles pour être au plus près de la réalité du terrain. Alors faites remonter les données de votre école.

Complétez notre enquête grève du 17/12

Pour informer les parents :

Word - 31.5 ko
Modèle de lettre

L’arnaque de Blanquer-Philippe


Édouard Philippe annonce quelques mesures pour les enseignants pour un coût total de 500 millions d’euros. Pourtant, Emmanuel Macron expliquait en novembre à Rodez qu’il faudrait 10 milliards par an pour les salaires des enseignants afin de compenser la dégradation des retraites ! 20 fois plus donc ! Et il a raison !

La FSU chiffre en effet à 1500 € brut par mois l’augmentation salariale mensuelle moyenne nécessaire pour compenser la baisse des retraites provoquée par l’abandon du calcul des pensions sur les six derniers mois de la carrière.

Que nous promet notre ministre ? Des primes (qui vont diviser et atomiser encore un plus les personnels) et une augmentation pour un coût total de 500 millions, donc une augmentation moyenne de 30 à 40 euros par mois, alors que la réforme des retraites va faire perdre entre 300 et 900 euros par mois aux personnels ! De qui se moque-t-on ?
De plus, le Ministre lie cette ridicule revalorisation à une redéfinition de nos métiers, synonyme d’alourdissement de notre charge de travail : travail pendant les vacances, heures supplémentaires imposées, ... C’est faire bien peu de cas de la réalité de nos conditions de travail actuelles, de la fatigue et du malaise qui s’exprime ouvertement depuis plusieurs mois, notamment avec le suicide des personnels.

Les promesses de revalorisation à l’horizon 2022 ne sont que de l’enfumage. Elles n’engagent que ceux qui y croient et lorsqu’on connaît la valeur des engagements de nos ministres, on a de quoi douter. Edouard Philippe et Jean Mi Mi nous refont le même chantage à la présidentielle que M. Hollande. Sauf que cette fois-ci, après le gel du point d’indice, la restauration du jour de carence et le report des mesure PPCR, les enseignants auront beaucoup de mal à s’en laisser compter.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1078


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan