Retour accueil

Vous êtes actuellement : INSTANCES  / Audiences 


fontsizedown
fontsizeup

Audience avec l’IA-DASEN : 30/06/2020

jeudi 2 juillet 2020

Mardi 30 juin 2020, les secrétaires départementales du SNUipp-FSU 26 des personnels étaient reçues, sur leur demande, par le nouvel IA-DASEN, M. Clément, en poste dans la Drôme depuis le 1er juin 2020.

Plusieurs sujets ont été abordés lors de cette audience.

Concernant le paritarisme et le travail avec les délégués du SNUipp-FSU 26 des personnels  :

Depuis la loi de la transformation des services publics d’août 2019, les délégués des personnels n’ont plus accès à l’ensemble des documents de travail qui leur permettent d’assurer transparence et équité de traitement dans la gestion des carrières des personnels du 1er degré du département mais également de mettre à jour leur base de données pour suivre les collègues. Nous avons dénoncé cette loi et fait la demande d’être destinataires du tableau de classement courant septembre 2020 pour connaître les affectations et les grades des enseignant.es du département.
Monsieur le directeur académique a fait savoir qu’il croyait beaucoup à l’harmonisation académique et qu’il se plierait à la décision de Madame la rectrice sur ce sujet.

Concernant la situation du remplacement dans la Drôme  :

Nous avons fait état du délitement de la brigade de remplaçant.es du département. Le manque de remplaçant.es ne se faisant plus sentir uniquement pendant les pics de janvier, février. Monsieur le directeur académique convient qu’il y a des points de tension et propose de centraliser la gestion des TR au niveau départemental. Nous l’avons averti des risques liés à une trop grande centralisation en nous appuyant sur l’expérience de centralisation des TR déjà menée sur le bassin valentinois. Un groupe de travail devrait avoir lieu en début d’année scolaire sur ce sujet, avec des documents préparatoires fournis aux OS, comme s’est engagé à le faire Monsieur le directeur académique.

Concernant la situation des RASED :

Nous avons rappelé l’urgence sur les RASED. L’école et les élèves en difficulté ont besoin d’avoir des RASED au complet. Il faut davantage de départs en formation dans toutes les options du CAPPEI. Monsieur le directeur académique a noté le manque de maîtres G dans le département et l’existence de plusieurs postes vacants dans cette option. Selon lui, les missions de RASED doivent évoluer et il faut réfléchir à une nouvelle organisation des RASED autour des pôles ressources.

Concernant le traitement des déclarations d’intention de grève :

Nous avons une nouvelle fois dénoncé l’illégalité dans laquelle se trouve notre administration qui questionne les personnels sur seulement certains temps forts de grève en se basant uniquement sur les déclarations d’intention de grève. Il nous semble que nous avons été entendues cette fois-ci car le directeur académique va proposer à l’académie un outil numérique recensant tous les personnels ayant fait leur service les jours de grève.
Cependant, concernant la publication des noms des écoles susceptibles de fermer ou susceptibles de mettre en place le SMA sur le site de la DSDEN, monsieur le directeur académique affirme qu’il s’agit d’une consigne ministérielle et qu’il continuera donc de l’appliquer… Nous avons affirmé que cet affichage était néfaste en termes d’image des écoles et que les informations fournies aux usagers étaient fausses ou partielles.

Concernant la direction d’école :

Nous avons rappelé les VRAIES revendications des directeurs.trices :

-  Décharge d’APC,
-  hausse des indemnités,
-  plus de temps de décharge,
-  un réel allègement des tâches administratives
-  et la mise en place d’une aide administrative pérenne

Nous avons également martelé que les écoles ont besoin d’équipes et non de chef.fes !
Monsieur le directeur académique est satisfait du compromis trouvé avec la loi RILHAC qui ne met RIEN sur la table et diffère à l’écriture de décrets qui laisseront libre cours aux fantaisies de notre gouvernement. Selon lui, M. Blanquer a une réelle volonté d’apporter aux directeurs.trices des solutions concrètes à leurs problèmes… Bizarrement, nous ne sommes pas du tout du même avis !
Il attend les premiers décrets qui devraient paraître très prochainement concernant les aides administratives et il est fort à parier que ce seront les services civiques qui joueront ce rôle… Nous avions cru entendre que le jour d’après devait être différent ?!?!

Concernant les évaluations nationales CP/CE1  :

Les évaluations nationales seront une nouvelle fois rendue obligatoires en CP et CE1 à la rentrée de septembre. Elles se dérouleront du 14 au 25 septembre et seront complétées par des séries de questions à destination des élèves pour apprécier la façon dont ils ont vécu le confinement mais également le retour à l’école. Ou comment proposer du vent ? Ils reviendront de vacances et il faut surtout espérer que ce vécu soit loin derrière elles et eux ou soit traité, le cas échéant, par des psychologues.
Enfin, d’autres tests seront proposés par la DGESCO pour l’ensemble des classes mais ils ne revêtiront aucun caractère obligatoire. De toute manière, les enseignants évalueront bien les élèves puisque c’est leur travail.

Là encore nous avons pu voir l’abyssal trou noir qui existe entre la vision de l’École que défend le SNUipp-FSU 26 et celle prônée par notre gouvernement. Nous le savions déjà mais nous avons vraiment été étonnées de la force avec laquelle monsieur le directeur académique et son adjoint défendaient ces évaluations… Ils semblent vraiment y croire ! Peut-être parce que c’est le gouvernement qui leur a dit… Il faut bien avouer que le ministre sait y faire quand il a une idée en tête et veut la faire passer coûte que coûte.

Toujours est-il que nous avons questionné le directeur académique sur ses pratiques face aux enseignant.es beaucoup moins convaincu.es que lui. Il a déclaré qu’il n’y aurait jamais de menaces de sa part, mais des rappels à la règle et que les enseignant.es qui ne feraient pas passer ou remonter les résultats auraient connaissance des risques qu’ils encourent. Affaire à suivre…

Concernant la rentrée 2020 :

La circulaire de rentrée va paraître dans les prochains jours. 3 scénarii sont d’ores et déjà avancés par le directeur académique :

-  Le retour à la normale
-  Une rentrée comme cette fin d’année avec la gestion des clusters au fil de l’eau… en lien avec l’ARS.
-  La reprise de l’épidémie avec un retour de l’hybridation des enseignements à mi-temps en classe et un renforcement du dispositif 2S2C
Nous en avons profité pour rappeler notre conviction de la nécessaire pluridisciplinarité des enseignants et de l’Etat garant des apprentissages A L’ECOLE.

Le directeur académique a confirmé que ce n’était pas l’ARS qui décidait des fermetures des établissements, mais bien le DASEN. Nous voilà rassurées car à la vue des arbitrages pris par l’ARS lors de la gestion des premiers cas dans une école maternelle à Romans, il vaut mieux qu’il en soit ainsi.
Nous avons questionné le directeur académique sur le retour à l’école des personnes à risques à la rentrée. Sur ce sujet, il ne s’est hasardé à aucun commentaire.

Concernant les conclusions du mouvement 2020 :

Nous sommes une nouvelle fois intervenues pour dénoncer l’opacité de cette nouvelle mouture du mouvement intra-départemental des personnels du 1er degré. Nous avons avancé nos inquiétudes quant aux erreurs qu’il y a TOUJOURS lorsque le mouvement tourne. Cela n’inquiète décidément pas l’administration qui se gargarise d’indicateurs toujours plus verts cette année :
-  Un meilleur taux d’affectation
-  Moins de collègues nommé.es par extension de leurs vœux
-  Une meilleure attribution du vœu n°1

Tant mieux, s’ils sont satisfaits ! C’est déjà ça… L’opacité sur les opérations du mouvement permet à l’administration de dire ce qu’elle veut, personne ne peut infirmer ou confirmer ses dires puisque rien n’est vérifiable !!! Une triste mise en œuvre de l’école de la confiance.

Concernant les PIALs :

À la rentrée 2020, il y aura 20 PIALs dans la Drôme (rattachés aux collèges). Chaque PIALs sera piloté par un.e IEN et un.e chef.fe d’établissement. Ils/elles seront eux/elles-mêmes aidé.es par un.e enseignant.e coordonnateur.trice et un.e AESH référent.e déchargé.e à mi-temps. Les coordonnateurs.trices seront payés en IMP pour le 1 er degré ou en HSE pour le 2nd, ils ne bénéficieront plus de temps de décharge de service.
Les PIALs affecteront les AESH.
Le maillage se veut être un maillage de proximité, chaque PIAL concernant environ 130 élèves et 50 AESH.
Nous avons dénoncé la charge de travail supplémentaire sur les enseignant.es coordonnateurs.trices et AESH référent.es et demandé un Groupe de Travail sur la gestion des AESH à la rentrée.
Les 2,5 ETP (équivalent temps plein) qui ont été donnés au CTSD d’avril aux coordonnateurs.trices de PIAL seront donc réinjectés dans la carte scolaire de la rentrée. Comment tout démonter juste avant les vacances d’été pour une mise en œuvre à la rentrée.

Concernant les instances à venir :

Il y aura un CTSD à la rentrée, un en janvier/février, mais celui de juin est sur la sellette. Là encore, monsieur le directeur académique harmonisera la pratique départementale aux exigences du rectorat.
Les CAPD ne traiteront plus que des recours individuels. Un calendrier prévisionnel des instances sera communiqué aux organisations syndicales à la rentrée.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1891


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan