Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE  / Fonction Publique 


fontsizedown
fontsizeup

Les profs toujours absents ?

enterrer les idées reçues

samedi 3 octobre 2020

Consulter la note de la DEPP

La note d’information de la DEPP (Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance) n°20.31 de septembre 2020 vient éclairer la situation de l’absentéisme chez les enseignants.

A rebours des idées reçues, ce rapport cite le rapport annuel de la DGAFP de 2019 qui précise que : "les enseignants ne sont pas plus absents que l’ensemble de la fonction publique d’État et moins que les agents de la fonction publique territoriale et hospitalière."

Il ajoute "le nombre moyen de jours d’absence au cours de l’année 2018, par personne, pour raison de santé est moindre chez les enseignants que dans l’ensemble de la fonction publique d’État, dans les deux autres versants de la fonction publique ainsi que dans le secteur privé."

On apprendra par ailleurs que "les enseignants du premier degré sont plus souvent arrêtés au moins une fois que leurs collègues du second degré, ce qui s’explique en très grande partie parce que les femmes sont beaucoup plus présentes dans le premier degré (85 % des effectifs) que dans le second (59 %)." Or, les absences englobent les congés maternité.

Les absences des professeurs sont souvent dénoncées parce qu’elles sont visibles, tout particulièrement dans le premier degré puisque l’absence d’un enseignant, malheureusement de plus en plus souvent non remplacé, entraîne de fait l’impossibilité d’accueil des élèves ce qui impacte plusieurs dizaines de parents d’élèves.

A ce sujet le SNUipp-FSU 26 vous invite à compléter son enquêtes rapide chaque fois que vous avez connaissance d’un non remplacement en cliquant sur le logo ci-dessous (également présent sur la page d’accueil de notre site)

Dans le second degré, les absences de professeurs ne font l’objet d’un remplacement qu’à partir d’un certain nombre de jours, privant de fait les élèves de cours pendant parfois plusieurs semaines !

Plutôt que de pointer du doigt un fantaisiste laxisme du contrôle ou une complaisance des médecins ou encore une défaillance des enseignants, nos décideurs devraient se questionner sur les moyens humains accordés au remplacement. Ce dernier se dégrade d’année en année et constitue l’une des première cause de rupture dans la continuité du service public d’éducation.

Mais comme toujours, assurer le remplacement au mois de janvier, lors du pic des absences des professeurs, suppose d’avoir quelques personnels en surnombre sur d’autres périodes de l’année. Cette situation est insupportable aux yeux des libéraux qui n’ont que le mot rentabilité à la bouche.

Ainsi, dans le département de la Drôme, les postes de TR sont ils supprimés tous les ans et des milliers d’élèves se retrouvent sans professeur plusieurs demi-journées chaque année. Ce qu’il y a de plus terrible, c’est que les décideurs locaux sont parfaitement conscients de cette situation mais ne semblent pas s’en émouvoir. Au dernier CTSD, l’IA-DASEN n’a pas manqué de se réjouir d’un taux de remplacement annuel proche de 99%. Nous voilà rassurés !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1884


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan