Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / RASED et ASH  / ASH 


fontsizedown
fontsizeup

Mardi 10 juin : journée nationale en faveur des EGPA. Le SNUipp-FSU 26 reçu en audience

vendredi 13 juin 2014

Dans le cadre de la journée nationale en faveur des EGPA, initiée par le SNUipp-FSU, une audience avait été demandée à la DASEN de la Drôme. Ce fut l’occasion de soulever les difficultés rencontrées sur le terrain par les enseignants concernés.

Compte-rendu

Les sujets abordés ont été nombreux :


EREA de Montélimar :

- Nous avons demandé à ce que les deux postes de PE éducateurs bloqués à l’EREA de Montélimar soient pourvus. Pas de réponse à ce jour. Nous reformulerons notre demande lors des prochaines CAPD.
- Nous avons demandé quel serait le volume horaire travaillé des enseignants éducateurs à l’EREA vu qu’ils n’assureront plus la surveillance des nuits. Le sujet est à l’ordre du jour du prochain Comité Technique Académique prévu le 23 juin , la réponse devrait être académique. Toujours est-il que la proposition faite aujourd’hui aux enseignants concernés n’est pas acceptable : ils cumuleraient le travail de la classe plus celui de la surveillance jusqu’au coucher (22h). Nous serons donc attentifs à la proposition du recteur.

En SEGPA :
Le profil des élèves orientés en SEGPA : autrement dit, quel est le profil de ces élèves de SEGPA et quel est le projet pédagogique engagé ?
En effet, depuis plusieurs années, le profil des élèves orientés dans ces structures a changé. Les enseignants sont confrontés de plus en plus à des jeunes qui, en plus de leur retard d’apprentissage, sont porteurs de troubles divers ( différents dys..., troubles caractériels, troubles parfois autistiques...) pour lesquels peu de choses sont mises en place. L’enseignant, seul dans sa classe doit essayer de faire au mieux.
La réponse de l’IEN ASH est éloquente : en effet, les élèves peuvent cumuler différentes difficultés. Pour autant, peu de solutions envisageables ; la notification d’AVS en cas de troubles reconnus par la MDPH est selon lui suivie des faits.
Une autre difficulté est soulevée : la différence de traitements de ces structures au sein des collèges selon le bon vouloir des chefs d’établissement. Certaines SEGPA trouvent toute leur place dans le collège, le projet d’établissement prenant en compte les spécificités des élèves. Ce qui n’est pas le cas partout malheureusement. On demande à ce que ces élèves se comportent comme des collégiens ordinaires, oubliant au passage, leurs difficultés. Ce qui peut engendrer malheureusement des conflits parfois très violents entre eux, dégradant au passage un peu plus les conditions de travail des PE.
La demande du SNUipp-FSU 26 est qu’un "cadrage" départemental puisse se mettre en place afin que ces élèves, mais aussi les enseignants, puissent évoluer sereinement au sein des collèges.

L’orientation des élèves en EGPA : A ces difficultés de fonctionnement, s’ajoute celle occasionnée par l’arrivée des élèves en cours de scolarité. Il fut un temps où l’élève intégrait la structure à l’issue de la classe de CM2 après avoir été maintenu au moins une année à l’école primaire. Les groupes se constituaient dès la 6e pour les 4 années suivantes (avec des modifications à la marge).
Aujourd’hui, les élèves peuvent rejoindre la SEGPA jusqu’en 4e, déstabilisant ainsi le groupe.
L’IEN nous précise la volonté de la DASEN de pouvoir orienter ainsi les élèves afin d’éviter les décrochages éventuels ; la SEGPA comme dernière chance de raccrocher des élèves en perdition.
Même si l’argument s’entend, cette possibilité ne facilite pas la cohésion du groupe avec des élèves fragilisés au départ.
De même, M. Fave nous indique que dans sa circulaire de rentrée, envoyée à toutes les écoles, il était stipulé que l’orientation ne nécessitait plus un maintien au préalable.
Nous avons vérifié car nous n’avions aucun souvenir en ce sens. Vérification faite, la circulaire arrivée dans les écoles en septembre 2013 ne mentionne aucunement cette modification. Nous poserons à nouveau la question en CAPD.

L’évaluation du CFG : cette année, des modifications relatives à l’évaluation du diplôme de fin de 3e ont été apportés. Pour les enseignants, c’est remettre en cause le fondement même de l’examen, niant ainsi le travail des élèves tout au long de l’année.
La réponse : les modifications auraient été apportées par la commission académique (ce qui ne semble pas convaincre tout le monde) ; l’idée serait de ne pas mettre en difficultés les élèves.
Pour le SNUipp-FSU, il est primordial que le travail de ces élèves puissent être reconnus par un diplôme, comme c’est encore le cas pour les autres élèves de 3e.

Plus généralement :
- Nous avons évoqué les retards d’inspection très importants pour les enseignants exerçant dans l’ASH second degré, précisant au passage que l’inspection est également un moment d’échange avec son IEN permettant d’aborder les difficultés rencontrées.
Les enseignants de l’ASH ne doivent pas être le "parent pauvre" de l’ Education Nationale.
Pour le SNUipp-FSU 26 il y a nécessité pour la circonscription ASH d’être au plus près des enseignants, aussi bien pour l’accompagnement que pour la régulation nécessaire au bon fonctionnement.
Nous avons rappelé au passage que des enseignants s’étaient adressés à leur IEN par courriers, courriers pour certains restés sans réponse.

- Les différences de traitement en terme d’horaires de travail et de salaire des personnels, entre 1er et second degré. En effet, le nombre d’heures effectuées n’étaient ni celui du premier degré ni celui du second. Tout comme l’indemnité de suivi des élèves à laquelle les personnels ne peuvent prétendre.
Sans compter que dans certains établissements, les PE en EGPA peuvent bénéficier de 2 heures supplémentaires par semaine pour les travaux de synthèse et d’échanges avec les différents partenaires. Ce qui ne semble pas être le cas dans notre département.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 200


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan