Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE 


fontsizedown
fontsizeup

Les suites de l’ALERTE SOCIALE déposée par le SNUipp-FSU 26

mardi 26 mai 2020

Une délégation du SNUipp-FSU 26 a été reçue lundi 25 mai par la secrétaire générale et l’IEN adjoint au DASEN pour donner suite à l’alerte sociale déposée par le SNUipp-FSU 26 le 14 mai dernier. Cette alerte sociale avait pour but d’obtenir un cadre de négociations autour des conditions d’enseignement en ces temps de crise sanitaire et notamment de préparer la phase II du plan de déconfinement.

Lire l’alerte sociale déposée par le SNUipp-FSU 26 ci-dessous.

PDF - 294.4 ko

Voici les réponses apportées par la secrétaire générale ainsi que les revendications du SNUipp-FSU 26.

Concernant les délais de rentrée : Le plan de reprise se veut progressif, souple, pragmatique avec le principe de sécurité comme préalable à toute ouverture. Pour la secrétaire générale, il n’y a pas eu de pression de la part de la DSDEN. Il a fallu tenir compte des souhaits de chacun : famille, mairie, école… Plusieurs écoles ne vont rouvrir que dans les jours à venir ce qui prouve la souplesse donnée par l’administration.

Concernant les incohérences entre les protocoles sanitaires sur le temps scolaire et sur le temps périscolaire : Cela a bien été relayé auprès du préfet par le DASEN pour qu’il n’y ait plus ces incohérences relevées. Il ne faut pas hésiter à faire remonter les incohérences au cas par cas aux services de la DSDEN. Ici, le SNUipp-FSU 26 a affirmé à la secrétaire générale que les protocoles sanitaires nationaux des temps périscolaires avaient été écrits par le même ministère que le nôtre et que nous subissions des doubles discours nationaux et non locaux.

Concernant la tenue du CTSD du 11 mai et la présentation du plan de reprise d’activité départemental par le directeur académique : Il s’agissait d’une simple formalisation du travail effectué en amont. La temporalité était difficile pour tout le monde. Il n’y avait pas de volonté d’être insultant envers les organisations syndicales de la part des services de la DSDEN.

Concernant la livraison des masques : Il y a eu pour le moment deux vagues de livraison. La 1ère vague pour assurer une autonomie d’une semaine aux personnels. La 2ème vague qui a eu lieu dans la 1ère semaine de la reprise pour assurer une autonomie de plusieurs semaines. Un troisième vague va arriver avec livraison de thermomètres et de lingettes pour les personnels.

Concernant la question du conditionnement des masques : Les boîtes doivent être ouvertes avec toutes les exigences du protocole sanitaire (lavage de mains avant et après ouverture). Les masques à l’intérieur sont sains car ils ont été conditionnés il y a longtemps, il n’y a donc aucun risque d’après le médecin conseiller technique de la rectrice.

Le SNUipp-FSU 26 a rappelé que certains masques ont été distribués dans des enveloppes kraft ou de la main à la main ne garantissant pas la sécurité sanitaire de ces derniers. Madame la secrétaire générale a déclaré que tout a été fait conformément au protocole !!! Il n’y a aucune inquiétude à avoir selon elle car les IEN et les équipes de circonscription ont eu une formation aux gestes barrières et à la manipulation du matériel sanitaire. YOUPIII et tant mieux pour eux. Le SNUipp-FSU 26 a rappelé que les enseignants, quant à eux, n’avaient eu aucune formation pour la plupart. Et puis, il faut être vraiment rassuré car les infirmières, la médecine scolaire… ont été fortement sollicités… Ah bon ? Le discours est rassurant mais ne convainc pas hélas.

Concernant la reprise en maternelle et les risques de l’impact des règles sanitaires sur les plus petits de nos élèves : Une nouvelle fois, la secrétaire générale se veut rassurante. On n’est pas à 100% de retours des élèves donc comme c’est progressif, ça se gère. Ce retour progressif permet de tenir, selon la secrétaire générale, un accompagnement individuel au plus près des besoins des élèves de maternelle. Toutes les parties prenantes sont là, d’après elle, pour accompagner les situations qui remontent et qui nécessitent une prise en charge. Il ne faut pas hésiter à faire remonter les spécificités. Le SNUipp-FSU 26 a rappelé que les règles du protocole sanitaire ne pouvaient pas être appliquées en petite section et en moyenne section et qu’il fallait absolument faire remonter auprès du rectorat et du ministère que scolariser des élèves de cet âge-là dans ces conditions n’était pas acceptable.

Concernant le cumul du distanciel et du présentiel : Il est clairement indiqué qu’on ne peut pas faire les deux. Chacun s’accorde à dire que les enseignants auraient une charge de travail intenable s’ils assuraient les deux à la fois. Le SNUipp-FSU 26 a rappelé qu’il ne s’agissait pas de conditionnel mais bel et bien de la réalité ! Les ¾ des enfants étant chez eux, les enseignants continuent d’assurer le distanciel alors qu’ils sont aussi en présentiel. Les enseignants sont à bout ! Depuis le début du confinement ils ont assuré une charge de travail intenable et aujourd’hui le ministère les insulte une nouvelle fois en proposant une prime COVID 19 à certain.es d’entre eux.elles seulement…
Pour la secrétaire générale, il est essentiel de communiquer sur les effets des protocoles sanitaires auprès des familles pour rassurer et pousser les élèves à revenir. Il faut montrer la "plus-value" de revenir à l’école. Les services accompagneront au cas par cas, en lien avec les IEN.

Concernant la spécificité des TR/TRS/personnels itinérants : Mme la rectrice souhaite que les TR et TRS reçoivent les protocoles de chaque école où ils se rendent. M. l’IEN adjoint s’est adressé aux IEN de circonscriptions en ce sens.

Concernant les conditions de travail des AESH et PE : Madame la secrétaire générale a bien conscience du travail et de la surcharge pour les personnels. Il y a eu un rappel de la rectrice par circulaire du cadre d’accompagnement pour ces derniers : cellule départementale de soutien social, RH de proximité, numéro d’écoute au niveau académique… Le SNUipp-FSU 26 a rappelé qu’une fois de plus les paroles sont belles pour une réalité bien différente.

La question du recensement des personnels qui vont rester en distanciel à partir du 2 juin a également été abordée : Des instructions précises vont arriver le jeudi 28 mai. Jusqu’ici le déclaratif suffisait mais il est à craindre que ce ne soit plus le cas. Cependant la secrétaire générale n’a pris aucun risque et a dit attendre les instructions à venir. Le SNUipp-FSU 26 a déploré une nouvelle fois l’impréparation et le manque d’anticipation de notre gouvernement. Il y a fort à parier que les écoles qui ont déjà anticipé et organisé ce début juin vont devoir revoir leurs copies à la suite des annonces qui seront faites jeudi 28 mai !

Enfin, nous avons également évoqué la situation de l’école maternelle des Ors à Romans sur Isère actuellement fermée pour un cas avéré de COVID 19. Le SNUipp-FSU 26 a prévenu la secrétaire générale qu’il s’était adressé directement au préfet pour signaler les dysfonctionnements dans la gestion de cette situation à haut risque.
Lire la lettre au préfet ci-dessous.

PDF - 279.3 ko

En effet, la directrice de l’école s’est vu balader de services en services toute une journée avant d’avoir des réponses concrètes, IEN et ARS n’étant pas si facilement joignables… Le numéro unique COVID 19 a montré ses limites et les procédures ont été longues à se mettre en place ! De plus les décisions de l’ARS font peur :
-  L’enseignante travaillant avec l’ATSEM qui a contracté le virus ne doit pas se faire dépister d’après l’ARS alors que tous les enfants qui ont été en contact avec elles ainsi que leurs familles sont en quatorzaine et seront dépistés.
-  Les personnels itinérants (TRS/AESH/TR) présents à l’école peuvent quant à eux continuer de travailler sans être testés ou mis en quatorzaine.
La secrétaire générale a indiqué que les tests ne sont pas légions tant que le protocole a bien été mis en place. D’autre part, elle a indiqué qu’un autre point serait fait mercredi lorsque les résultats des tests seront connus, laissant envisager une réouverture de l’école dans la foulée !!!! Pour le SNUipp-FSU 26, même si il n’y a pas de nouveau cas et de tests positifs, l’école doit rester fermée au moins 14 jours pour respecter la période d’incubation. Il a également été demandé à madame la secrétaire générale de revendiquer auprès de l’ARS de tester plus de personnes.

Suite au dépôt de l’alerte sociale du SNUipp-FSU 26, un CHSCTD est également prévu mardi 26 mai. Un compte-rendu sera publié.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 166


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan