Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE  / Système Educatif 


fontsizedown
fontsizeup

Covid19 : suspicion, cas avéré ... que faire ?

dimanche 30 août 2020


MAJ au 04 09 2020


La fiche technique et annexe adressé aux rectrices et aux recteurs détaille précisément les procédures de gestion à mettre en œuvre. Elle traite des situations (Gestion des cas possibles, confirmés, des contacts à risques et des clusters dans les écoles et établissements) qu’il s’agisse des élèves et des personnels. Une nouvelle fois, et sans surprise, les directrices et les directeurs d’école sont en première ligne pour assurer la coordination dans l’école.

1. Mesures préparatoires :

  • Attention renforcée sur la mise à jour des coordonnées des élèves et de leurs représentant·es légaux·ales ;
  • Information sur la conduite à tenir en cas de suspicion pour les représentants légaux d’un élève ou pour un personnel :
    • l’interdiction de se rendre à l’école ;
    • l’obligation d’informer l’école.

2. Dans le cas d’une suspicion chez un élève ou un personnel :

  • Isolement immédiat de la personne symptomatique dans l’attente de la prise en charge médicale ; 
  • Éviction de la personne symptomatique (y compris pour les élèves en internat) par le directeur·trice d’école ou le chef d’établissement ; 
  • Information de l’élève et ses représentants légaux des démarches à entreprendre (consultation du médecin traitant ou de la plateforme Covid-19) par le directeur d’école ou le chef d’établissement, si nécessaire avec l’aide des personnels de santé ou sociaux de l’Éducation nationale ; 
  • Délocalisation temporaire (dans la mesure du possible) du lieu de classe avant nettoyage et désinfection de ce dernier ; 
  • Nettoyage et désinfection des lieux de vie concernés (cantine …) par la collectivité territoriale de rattachement puis aération et ventilation renforcée.

3. Suivi d’un cas de suspicion :

  • Les responsables légaux ou l’agent sont incités à tenir informée l’école de l’évolution de la situation (résultat des tests) ;
  • A défaut d’information, l’élève ou l’agent concerné ne pourra revenir à l’école qu’après un délai de 14 jours ;
  • La directrice ou le directeur anticipe l’identification des « contacts à risque » : élèves ou agent de la même classe scolaire, d’un même lieu ou participant à la même activité ayant entraîné des contacts en face à face à moins d’un mètre.

4. Suivi d’un cas confirmé :

  • C’est le médecin qui fixe la date de retour de l’élève ou de l’agent ;
  • la directrice ou le directeur finalise une liste comportant les élèves de la classe, du groupe d’activité du milieu scolaire (activités culturelles, sportives, …) du cas confirmé ainsi que les personnels en contact avec cette classe ou ce groupe dans les 7 jours précédents. Elle est transmise à l’IA-DASEN qui se charge de la transmettre à l’ARS. Par contre, la note précise que pour le périscolaire l’identification et l’établissement d’une liste des contacts à risque, n’est pas du ressort de la directrice ou du directeur. 

5. Restriction d’accueil et fermeture de classe ou d’école :

  • Elle est du seul ressort du préfet en lien avec l’IA-DASEN et l’ARS.
  • Sous certaines conditions restrictives, un maire peut prendre une décision de fermeture de classe ou d’école (*).
  • C’est le préfet qui assure l’information.

6. Information des responsables légaux et des personnels sur l’existence d’un cas confirmé : 

  • La directrice·teur prévient les responsables légaux : 
    • que leur enfant est ou n’est pas susceptible d’être personne à risque ; 
    • des mesures de suspension provisoire (décision du préfet) de l’accueil des élèves.
  • Il informe de même chaque personnel ;
  • La note attire l’attention sur la nécessité de ne divulguer sous aucun prétexte les noms des personnels ou élèves « cas confirmés ».

Les possibilités de fermeture de classe ou d’école en fonction du nombre d’élèves ou de personnels « cas confirmés ou probables » sont déclinées dans l’annexe « aide à la décision » de la fiche technique. Dans tous les cas c’est le préfet, en lien avec l’IA-DASEN et l’ARS, qui prend la décision.

Au regard de la charge de travail engendrée par la déclaration d’une situation de contagion dans une école, il y a lieu d’interroger l’administration sur la procédure d’aide aux directrices et directeurs concerné·es : mise à disposition d’un TR en temps réel et sur la durée de la situation, ...

Pour le SNUipp-FSU, des zones d’ombres restent à éclaircir concernant par exemple la responsabilité de la traçabilité des cas contact ou encore la situation administrative des personnels isolés en attente d’un test ou d’un résultat… . Il s’adresse au ministère sur ces questions.


MAJ au 27 août 2020


Lors du CHCTMEN du 27 août 2020, le ministère a affiché son objectif : éviter au maximum la fermeture de classes ou d’écoles. Un protocole spécifique sur les démarches à faire en cas de covid19 suspecté et/ou avéré a été élaboré par le ministère.

1. En cas de suspicion, l’élève ou l’adulte doit consulter son médecin traitant ou contacter la cellule Covid-19 pour les suites à donner.

« Dans l’attente de l’avis médical, les activités scolaires de l’école ou de l’établissement se poursuivent en respectant avec attention les mesures du protocole sanitaire. »

2. Si le cas est avéré, la directrice ou le directeur de l’école doit être prévenu.e et informe de suite l’ARS.

« En lien avec le personnel médical de l’éducation nationale, elle ou il élabore la liste des personnes, élèves ou personnels, susceptibles d’être contacts à risque et la transmet à l’ARS ».

Ces personnes doivent être isolées en attendant les recommandations de l’ARS qui décidera de la politique de dépistage.

3. L’information au sein de la communauté éducative

La directrice ou le directeur de l’école informe les personnels ainsi que les responsables légaux des élèves de la présence d’un (ou plusieurs) cas avéré(s) et de la nécessité de s’isoler dans l’attente des recommandations de l’ARS s’ils ou elles sont personnes contact à risque. Pour les autres, élèves ou personnels, ils et elles doivent être informé.es de l’éventualité de la suspension provisoire de l’accueil des élèves, partielle ou totale, décision qui incombe au préfet en lien avec l’ARS.

Rien n’est dit du déclenchement du "plan de continuité pédagogique". Par ailleurs, aucun seuil d’alerte (fermeture de classe, fermeture d’école) n’est indiqué.

4. En cas de covid-19 avéré dans l’entourage

Les familles s’engagent à ne pas mettre leur enfant à l’école en attendant les préconisations de leur médecin traitant.

« L’enfant bénéficie de la continuité pédagogique mise en œuvre par son école. »


Pour le SNUipp-FSU, il reste des zones à éclaircir comme la définition de « contact à risques », de la situation administrative des personnels en mesure d’éviction, de « la continuité pédagogique mise en place par l’école » quand tous.tes les enseignant.es sont en poste ou encore des situations entraînant la fermeture de classes ou d’écoles.

En l’état, ces mesures ne prennent pas en compte le nombre important d’échanges au cours d’une journée de classe et qui est l’une des caractéristiques scolaires.

De même, la distanciation physique et la restriction du brassage n’étant que des recommandations, la circulation du virus risque de s’accélérer à partir de la rentrée.

Afin de pouvoir porter dans les instances les difficultés rencontrées sur le terrain, notamment en CHSCT, merci de nous faire remonter toutes les situations sur lesquelles vous vous posez des questions et/ou rencontrez des problèmes.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 38


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan