Retour accueil

Vous êtes actuellement : ECOLE ET SOCIETE  / Divers 


fontsizedown
fontsizeup

"Auto-confinement préventif" : et pour les enseignant-e-s !? L’école, c’est pas à la carte !

mardi 15 décembre 2020

L’école à la carte pour jeudi et vendredi : mépris envers les enseignant.es, manque de courage politique. Si on veut protéger, il faut protéger tout le monde.

Y a-t-il encore un pilote dans l’avion Éducation nationale ? interroge la FSU qui s’insurge contre "une nouvelle marque de mépris pour les personnels et pour l’école qui se voit à nouveau désorganisée. Il est vrai qu’au travers de cette annonce, le gouvernement reconnaît implicitement, après avoir nié pendant des semaines cette évidence, que les écoles, collèges, lycées et CIO sont des lieux de circulation du virus et de contamination. La FSU exige donc des réponses sérieuses et responsables à la gravité de la situation sanitaire.

Le communiqué

L’école à la carte n’est pas une réponse à l’épidémie

Le théorème de la "blanquerite", qui stipule depuis le début de la crise sanitaire que chaque fois que Jean-Michel Blanquer annonce quelque chose, c’est le contraire qui se passe, vient encore une fois de se vérifier.

Le ministre n’a-t-il pas annoncé qu’il n’y aurait "pas de nouvelle règle dans l’Education Nationale" ? Qu’à cela ne tienne : dans la foulée, le conseil scientifique (repris par le Premier Ministre et par le cabinet du ministre de l’Education Nationale), préconise un "auto-confinement préventif" d’une semaine pour ceux qui veulent voir famille ou ami-e-s pour le réveillon.
Télé-travaillez, ou prenez des jours de congé (si vous le pouvez) ... et laissez les enfants à la maison ! (ah bon ? Jean-Mimi avait pourtant dit qu’il n’y avait pas de contaminations dans les écoles.....)

En effet, des consignes de "tolérance" envers les élèves absents jeudi et vendredi ont été envoyées aux rectorats, et commencent déjà à descendre jusqu’aux écoles et établissements dans certaines académies. Encore une fois, l’école à deux, trois, quatre vitesses ! Encore une fois, l’école vue comme une simple garderie.
Vous pouvez garder vos chers bambins pour vous "auto-confiner" (dans votre T2 de banlieue ou dans votre grand chalet à Courchevel, rayez la mention inutile) ? Qu’à celà ne tienne, l’école ne leur sert à rien. Vous êtes obligés de trimer au boulot ? Pas grave, l’école reste ouverte pour garder vos mômes !
Car les enseignant-e-s, qui, c’est bien connu, n’ont ni famille ni ami-e-s à aller voir au réveillon, seront bien là pour assurer la garderie gratuite ... euh pardon, "l’indispensable continuité du service public d’éducation".

Et si nous nous auto-autorisions à nous auto-confiner ?

Chiche ! Histoire de rappeler à notre hiérarchie que nous ne sommes pas des pions, mais des êtres sociaux, envoyons toutes et tous à notre IEN une demande d’autorisation spéciale d’absence afin de nous auto-confiner, en application de la consigne du premier ministre ! Un peu d’humour ne fait pas de mal. Le rire est le propre de l’homme, dit-on : s’il subsiste une part d’humanité dans l’esprit de notre hiérarchie, elle devrait apprécier la dérision à sa juste valeur, et savoir faire preuve d’auto-dérision en retour...

Exemple de courrier :

Monsieur l’Inspecteur / Madame l’Inspectrice,

Je vous écris pour une demande personnelle.

J’ai appris ce matin, mardi 15 décembre, par la radio, pour la première fois, que les enfants étaient des transmetteurs importants du virus de la Covid, car le gouvernement incite largement les Français à ne pas mettre leurs enfants à l’école le jeudi 16 décembre et le vendredi 17 septembre. Le Ministère de l’Éducation Nationale invite d’ailleurs les établissements à accepter les absences des élèves ces deux jours. L’objectif affiché est l’auto-confinement des français, en prévision des repas familiaux des 24 et 25 décembre.

Je ne vous cache pas ma grande surprise, car étant moi-même personnel de l’Éducation Nationale, ma hiérarchie m’avait régulièrement expliqué que les élèves étaient peu ou pas transmetteurs du virus.

Depuis ce matin, le Gouvernement, suivant la note du Conseil scientifique du 12 décembre 2020, incite également largement les Français à effectuer un geste citoyen, pour lutter contre la pandémie, en s’auto-confinant à partir du jeudi 16 décembre, c’est à dire notamment en pratiquant le télé-travail.

Je souhaite, à l’occasion de Noël, pouvoir rendre visite à mes vieux parents, que je n’ai pas vus depuis les dernières vacances scolaires. Aussi, et pour répondre consciencieusement à l’appel du gouvernement à un geste citoyen, je souhaite pouvoir exercer mon service en travail à distance, les jeudi 17 et vendredi 18 décembre 2020.

Sûr de l’attention que vous porterez à ma demande, Monsieur l’Inspecteur / Madame l’Inspectrice, je vous adresse mes respectueuses salutations.

... et blague à part : si vous devez voir des personnes fragiles pour le réveillon, faites-le vraiment, en précisant que la demande est sérieuse (en ajoutant le formulaire d’autorisation d’absence, et en y mettant peut-être un peu moins d’ironie) : faites une demande d’autorisation d’absence en bonne et due forme, afin de vous auto-confiner avant d’aller vos proches, sans prendre le risque de les contaminer.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 2990


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan