Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Remplacement 


fontsizedown
fontsizeup

Remplacement : la pénurie se poursuit

Aux mêmes causes les mêmes effets

jeudi 28 janvier 2021

Alors que la situation sanitaire exige des enseignants la mise en application de protocoles hyper strictes et notamment la règle du non-brassage des élèves entre les classes, les moyens manquent pour appliquer ce b-a-ba.

Que les choses soient claires, y compris pour les parents d’élèves qui pourraient être maintenus dans l’ignorance tant l’école de la confiance consiste surtout à taire les problèmes. Lorsque les enseignants du département sont absents, quelle qu’en soit la raison (maladie, cas contact covid19, garde d’enfant malade, ...), beaucoup ne sont pas remplacés.

Mais à la différence du second degré, les écoles ne disposent pas de vie scolaire (surveillants, salle de permanence, ...) et lorsqu’un enseignant absent n’est pas remplacé, la hiérarchie impose l’accueil des élèves dans les autres classes de l’école au mépris des règles sanitaires de non-brassage que les enseignants s’échinent à respecter et faire respecter le reste du temps.

Tout le monde a bien compris. On demande aux enseignants de transgresser les règles sanitaires car l’Éducation Nationale n’a pas les moyens de les faire appliquer. Et cette situation pourrait être "tolérable" si elle était exceptionnelle, puisqu’à l’impossible, nul n’est tenu.

Sauf qu’il n’en est rien. Une fois encore, les faits son têtus. Le SNUipp-FSU demande depuis des mois un plan d’urgence pour l’école avec notamment la création de postes de TR (Titulaires Remplaçants). Mais cet appel est resté sans réponse. Et depuis des mois dans les départements ce sont des centaines de journées de classe qui ne sont pas remplacées.

Concrètement, faisons un bilan du non-remplacement sur le département de la Drôme depuis la rentrée de septembre 2020. Les chiffres ci-dessous sont issus d’un document officiel remis à leur demande aux représentants des personnels qui ont siégé lors du Comité Technique Spécial Départemental du lundi 25 janvier 2021.

Ces chiffres qui portent seulement sur les 4 premiers mois de l’année 2019 et de l’année 2020 montrent que tous les mois, ce sont des centaines de journées de classe qui ne sont pas assurées faute de moyens.

Ils montrent aussi un triplement des non-remplacements en ce début d’année scolaire 2020-2021 par rapport à l’année 2019-2020 ... Quelle surprise ! En pleine épidémie de covid19, on ne pouvait pas s’y attendre !

Et que propose de faire l’Administration pour résoudre le problème : recruter 14 contractuels supplémentaires pour venir combler les manques. Une question se pose alors ? Pourquoi un tel manque d’anticipation ? Réponse : le gouvernement pilote à vue, poursuit ses objectifs de réduction de la dépense publique et préfère utiliser des contractuels "jetables" en CDD de 3 mois plutôt que de recruter des personnels formés sous statut.

Mais au delà de la crise, les problèmes reviendront puisqu’on le voit bien, même en divisant par trois les chiffres, le non-remplacement était déjà un problème avant la crise du covid19. D’ailleurs, le SNUipp-FSU 26 tirait déjà la sonnette d’alarme en février 2020 et montrait déjà un bilan du remplacement 2018-2019 catastrophique !

Plus que jamais l’éducation nationale aurait besoin de moyens humains pour permettre de répondre aux besoins des élèves et limiter la montée en puissance des inégalités scolaires corolaire des inégalités sociales, d’autant que ces dernières ne sont pas prêtes d’être résorbées par la politique économique libérale menée par le gouvernement.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 3393


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan