Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTIONS  / Grèves / Manifs / Rassemblements 


fontsizedown
fontsizeup

Lutte des classes à Crest !

Mobilisation parents-enseignant·es sur les rythmes scolaires et même plus...

jeudi 29 avril 2021

Reflet d’une politique autoritaire et libérale en matière éducative, la Mairie de Crest tente de passer en force sur les rythmes scolaires contre l’avis des conseils d’écoles. Résultat : mobilisation générale sur l’ensemble de la ville !

Dans le contexte sanitaire et social lié à pandémie, parents, élèves, enseignant·es et AESH des écoles de Crest se seraient bien passé·es de voir s’ajouter une énième fois la question des rythmes scolaires. Pas le Maire (Hervé Mariton), apparemment…

Rappelons qu’en France, la règle (4,5 jours hebdo, décret Peillon 2013) est devenue l’exception, et la dérogation (4 jours hebdo, décret Blanquer 2017) est devenue la norme ! On marche donc à l’envers au niveau national, ce qui permet à certaines mairies d’imposer la semaine des 4,5 jours hebdo contre l’avis des conseils d’écoles…

Des rythmes totalement éclatés


Depuis 2019, Crest est la seule commune en France où les écoles ont plus ou moins toutes des horaires de classe différents :

1 école maternelle à 4 jours, 1 autre école maternelle à 4,5 jours ; 1 école primaire (maternelle et élémentaire) à 4 jours, et 2 écoles élémentaires à 4,5 jours ! Un vrai casse-tête pour les familles, la cohésion professionnelle entre écoles, les associations pour les activités le mercredi, etc.

Cette année 2021, les conseils d’écoles de Crest ont donc tous souhaité une harmonisation des rythmes scolaires sur la ville
, sur la semaine de 4 jours comme le demandent 4 des 5 écoles. Comme d’ailleurs 403 écoles sur les 416 que comptent le département de la Drôme en 2021.

Au-delà de la cohésion sur la commune, cela éviterait également les non-remplacements de professeurs les mercredis matin et permettrait à tous les enseignants des écoles de Crest de bénéficier des formations pédagogiques les mercredis également.

Par ailleurs, contrairement à ce qu’affirme la mairie, les activités périscolaires ne sont nullement remises en cause par la semaine de 4 jours (la preuve entre 2008 et 2013 où elles ont perduré à Crest !). C’est un choix, ou plutôt une menace du Maire de ne pas reconduire ces activités sur une semaine à 4 jours de classes. Menace mise à exécution sur l’école primaire Brassens en 2019 : avec le passage à la semaine de 4 jours, les élèves ne bénéficient depuis plus d’activités périscolaires ! C’est pourtant un des quartiers les plus populaires de la ville où les enfants devraient pouvoir en bénéficier…

Malgré tous ces éléments, contre l’avis du plus grand nombre, et de manière autoritaire, le Maire décide, seul, de reconduire les horaires éclatés des écoles à l’identique, pour une durée de 3 ans !

Mobilisation générale

JPEG - 373.6 ko
Manifestation Crest 27 avril 2021

Parents, enseignants et AESH de Crest s’opposent formellement à ce passage en force antidémocratique. Ils le font savoir depuis des semaines. A la Mairie, à l’Inspection académique, aux divers élus, à la presse… Ils écrivent, pétitionnent, se rencontrent, font des visio-conférences, cherchent des solutions...
Si l’Inspection académique a reçu une délégation des écoles de Crest dans le cadre d’une alerte sociale déposée par le SNUipp-FSU, la Mairie de Crest, elle, rechigne toujours au dialogue.

Par son autoritarisme, son absence de dialogue, son rejet des votes des conseils d’école, la Mairie de Crest porte donc l’entière responsabilité du mouvement des enseignant·es et des parents d’élèves. Celui-ci est massif, historique, à la hauteur du mépris de la Mairie de Crest : 100% des enseignants des écoles étaient en grève mardi 27 avril. Du jamais vu ! Grève d’ailleurs reconduite le lendemain !
Ce 27 avril, 200 manifestants défilaient dans les rues de Crest (non sans en avoir été dissuadés au passage par la gendarmerie et la police municipale, smartphone en action tout au long de la manif et autres intimidations diverses…).
Arrivée devant la mairie, Hervé Mariton les a salués, tout sourire, de sa fenêtre, tel un suzerain !... Il a finalement daigné descendre de sa tour d’ivoire, mais n’a pas accepté de recevoir une délégation, préférant un échange dans la rue par mégaphone interposé, plus ou moins sous les huées ! Surréaliste !!!

Mis sous pression depuis plusieurs jours, le Maire de Crest a indiqué qu’il céderait sur la semaine de 4 jours pour la seule école maternelle Anne Pierjean. Ce qui ne va en rien résoudre les difficultés, notamment celles des familles de ce groupe scolaire, bien au contraire. Celles-ci vont découvrir (comme sur l’autre groupe scolaire Chandeneux-Royannez) les joies des horaires et jours de classe différents entre la maternelle et l’école élémentaire !...

Désaveu en CDEN

Toujours le 27 avril (la journée fut longue…), le Conseil Départemental de l’Education Nationale (CDEN), rendait un avis largement négatif sur la proposition d’horaires scolaires de la mairie de Crest, la rejetant par 15 voix Contre pour 1 seule voix Pour (et 4 abstentions). Cinglant désaveu, le énième, y compris pour le DASEN à qui il a été reproché, en creux, de ne pas avoir tenté, du moins avoir réussi, une médiation dans ce dossier en amont du CDEN.
La Mairie de Crest n’ayant finalement transmis à la DSDEN aucune proposition modificative par rapport à sa demande initiale de maintien des horaires scolaires à l’identique, le DASEN devra reconvoquer un CDEN « spécial Crest » (si la mairie tient sa promesse de changements de rythmes à la marge…).

Mais au fait : Pourquoi ?...

Le Maire de Crest revendique depuis toujours l’absence de carte scolaire sur la commune, qui permettrait « le choix » pour les familles de scolariser leurs enfants où elles le souhaitent. Renforcer cela par des écoles aux rythmes scolaires différents offrirait selon lui la possibilité pour les familles de « faire leur marché », une école « à la carte » en quelque sorte (et de fait certaines téléphonent aux écoles ou demandent à les visiter avant d’inscrire leurs enfants…).
Cette vision libérale de l’École, qui serait un service marchand comme un autre (avec offres et demandes), a surtout pour conséquences de rendre la scolarité en école publique à Crest peu lisible et surtout inégalitaire, les familles les plus éloigné·es géographiquement, socialement et culturellement de l’École en faisant le plus les frais. Cela créé par ailleurs des déséquilibres en termes d’effectifs et de mixité sociale.
Bref, un pseudo-choix d’un côté pour celles et ceux qui maitrisent le mieux les « codes » de l’École (tout le monde ne pouvant scolariser son enfant là où il le souhaite, capacité d’accueil oblige…) et de l’autre côté une obligation de scolariser leurs enfants là où il reste de la place pour les familles qui maitrisent moins ces codes…
Tout cela est parfaitement assumé par la Mairie de Crest. Les rythmes scolaires on ne peut plus éclatés se rajoutent à cette libéralisation de l’École, faisant indirectement la part belle à l’école privée de la ville, pour qui peut se le permettre. Elle, en effet, fonctionne de manière cohérente au même rythme (4 jours) en maternelle et en élémentaire !...
Enfin, abandonner l’école le mercredi matin nécessiterait une participation de la ville de Crest au centre de loisir du mercredi. Celui-ci étant mis en place par la communauté de communes (CCCPS), Crest devrait contribuer financièrement sans en avoir la gouvernance. Et ça, ça ne cadre pas avec le fonctionnement du Maire de Crest. Qui paye décide en gros !...

Et maintenant ?...

Voilà globalement, sous couvert de « liberté de choix » (en réalité une vraie politique de classe), le bazar qu’engendre la politique éducative de la mairie de Crest depuis des années, surtout depuis 2 ans que les rythmes scolaires sont éclatés sur la commune.
La mairie doit prendre la mesure de l’exaspération des parents et enseignant·es des écoles crestoises, harmoniser les rythmes scolaires sur la ville (sur 4 jours puisque c’est le souhait de la majorité des conseils d’écoles) et mettre en place une carte scolaire, avec des périmètres scolaires qui éviteraient que certaines écoles craquent et se « boboïsent » quand d’autres se vident et se « ghétoïsent » !

Quoiqu’il en soit, les enseignant·es, les AESH, les parents d’élèves sont déterminé·es à faire respecter la démocratie et la citoyenneté les plus élémentaires, qu’ils et elles enseignent dans leurs classes et apprennent au quotidien à leurs enfants.

Signer la pétition : https://www.openpetition.eu/petitio...

Du côté de la Presse

PDF - 414.2 ko
Dauphiné Libéré du 28/4

- Rythmes scolaires : « Il faut que le maire de Crest se mette à la place de nos enfants » (Dauphiné Libéré, vidéo de mardi 27 avril)
- Rythmes scolaires à Crest : 100 % des enseignants sont en grève (Dauphiné Libéré)
- Près de 200 manifestants à Crest pour protester contre les rythmes scolaires(France Bleu Drome/Ardèche)
- Radio St Féréol a consacré son émission “La collective” du 27 avril à la mobilisation
- Vendredi 30 avril, le journal Le Crestois consacre sa Une à cette mobilisation

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 3398


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan