Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARRIERE  / Salaires et indemnités 


fontsizedown
fontsizeup

Revalorisation des enseignant·es ?

Surprise... Elle ne sera pas historique

vendredi 27 août 2021

C’est dans une ambiance d’auto-satisfecit que Jean-Michel Blanquer a dévoilé un nouveau scénario salarial pour 2022 dans le cadre du « Grenelle ». L’arrivée des échéances électorales présidentielles l’année prochaine n’y est pas pour rien. Toutefois, les annoncent laissent toujours de côté 42% des enseignant·es. Outre le fait que la modeste revalorisation ne concerne que 58 % des personnels, elle reste sous forme d’une indemnité. Le dégel du point d’indice n’est toujours pas à l’ordre du jour. On est donc bien loin du nécessaire rattrapage salarial. Les « efforts » pour les AESH quant à eux restent totalement insuffisants. Pour ce qui est de la direction d’école ou des formateurs-trices les chantiers vont encore se poursuivre.

Voici le scénario de revalorisation proposé aux organisations syndicales :

Pour le SNUipp-FSU, le compte n’y est toujours pas. Avec 42 % des enseignantes et enseignants non-concerné·es, la revalorisation laisse beaucoup trop de personnels sur le bord de la route. Ces augmentations, 28,5 euros nets mensuels des échelons 5 à 9, ne permettent en outre à aucun moment de répondre au gel quasi-continu du point d’indice depuis 2010 qui a aboutit, conjugué aux hausses des cotisations retraites, à une perte de pouvoir d’achat de près de 17%.

C’est donc l’équivalent de deux mois de salaire en 11 ans que la grande majorité des professeur·es a perdu. Enfin en augmentant seulement quelques échelons et de façon différenciée, on assiste à un phénomène de lissage des salaires qui fait qu’en 13 ans de carrière, l’augmentation ne dépassera pas 340 euros au lieu de 560 avant la première « prime d’attractivité ».

Le SNUipp-FSU rappelle que pour répondre structurellement à la question du pouvoir d’achat des personnels de l’Éducation Nationale, une loi de programmation pluriannuelle serait nécessaire. La revalorisation des grilles indiciaires est indispensable pour rattraper le retard de 600 euros mensuels au bout de 15 ans d’ancienneté avec la moyenne des pays de l’UE. Dès maintenant, il faut décréter le doublement de l’ISAE et une prime d’équipement de 500 euros annuels.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 84


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan