Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / RASED et ASH  / ASH 


fontsizedown
fontsizeup

Protocole sanitaire : ULIS or not ULIS ?

jeudi 6 janvier 2022

DERNIÈRE MINUTE 6 janvier 2022 : suite aux interventions du SNUipp-FSU entre autres, les élèves d’ULIS pourront continuer de bénéficier de ce dispositif ET suivre les apprentissage dans leur classe d’inscription. Retour à la raison !

Protocole sanitaire et réalité des écoles

classes sans remplaçant·e entrainant la répartition d’élèves dans d’autres classes, activités périscolaires où le mélange est de rigueur, transports scolaires, élèves de retour en classe malgré des cas covid dans l’espace intrafamilial, attestation sur l’honneur des parents, passage de 1 à 3 cas positifs pour fermer la classe et désormais fermeture seulement s’il y a ’un très grand nombre de cas’... Voici les conditions très assouplies, où le brassage est de rigueur, de l’« école ouverte » sous Covid mise en œuvre par le Ministère.

Depuis 2015, des élèves à besoins éducatifs particuliers (EBEP) sont inscrit·es dans une classe et bénéficient également d’un dispositif ULIS (Unité locale d’inclusion scolaire), regroupant des élèves les plus en difficulté.

Le nouveau protocole sanitaire les contraint à rester dans leur classe de référence ou bien avec le groupe ULIS. Mais l’un n’existe pas sans l’autre. C’est la définition même de l’ULIS qui est remise en cause.

On demande aux coordonnateurs·trices enseignant·es ULIS de mettre les élèves les plus fragiles dans une situation incompréhensible pour eux, pour leur famille, pour leurs camarades de classe et pour leurs enseignant·es. Quand on connait l’importance du sentiment d’appartenance de ces élèves (à la classe et au groupe ULIS), le besoin pour la plupart d’avoir un emploi du temps ritualisé leur apportant une sécurité et des habitudes de travail construites depuis le début d’année avec l’enseignant, on peut facilement imaginer les répercussions catastrophiques sur les apprentissages des élèves en situation de handicap si on les exclut de leur classe ou du dispositif.

Tout ça pourquoi ?

Pour limiter un brassage qui existe déjà alors que rien n’a été fait pour réduire les effectifs des classes ou recruter des enseignants supplémentaires depuis le début de cette crise sanitaire. Si on écoute le ministre de l’E.N., les enseignant·es n’ont pas besoin de masque FFP2 ou chirurgicaux, ni de capteurs de CO2... ils et elles ne risquent rien tant qu’ils sont équipés de leur joli masque-slip (5 fournis depuis septembre 2021 par enseignant·e).

Pourtant, comme eux, les élèves d’ULIS ont un masque et respectent les gestes barrières....

Il y a une fracture entre ce qui est écrit dans les protocoles et la réalité du terrain. Il ne faut pas perdre le bon sens en voulant ’ouvrir le parapluie procédurier’... Les élèves sont des enfants, qui bougent, qui vivent, qui respirent, qui échangent, ce sont des humains... Le protocole laisse croire que l’école fonctionne avec des objets qu’on pourrait déplacer et cloisonner à souhait sans qu’il n’y ait de proximité, de points contacts... ! Toutes les classes sont dans une même école, avec les mêmes entrées, les mêmes escaliers, les mêmes toilettes, les mêmes couloirs. Faire croire que la possibilité existe de ne pas brasser les classes et les élèves est une illusion bureaucratique et à partir de là, cloisonner les élèves d’ULIS une aberration !

L’école doit rester ouverte pour tous les élèves car c’est essentiel : cela l’est aussi pour des élèves à besoins particuliers qui ont besoin du temps de classe et de l’appui du dispositif.

L’un n’est pas acceptable sans l’autre !!!

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 145


SNUipp-FSU de la Drôme - Maison des syndicats - 17, rue Georges Bizet - 26000 VALENCE

Tél : 04 75 56 77 77 / mail : snu26@snuipp.fr
Mentions Légales


Agrandir le plan